/world/middleeast
Navigation

La Turquie arrête deux membres présumés de l’EI à la frontière syrienne

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités turques ont arrêté deux membres présumés du groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui tentaient de passer de Syrie en Turquie, a annoncé dimanche le ministère turc de la Défense. 

« Nos gardes-frontières stationnées dans les zones de Reyhanli et Narlica de la ville de Hatay (sud) ont arrêté 16 personnes tentant d’entrer illégalement sur notre territoire, dont deux membres de l’organisation terroriste État islamique et deux de Hayat Tahrir al-Sham », a affirmé le ministère sur Twitter.

Le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Sham (HTS) est lié à Al-Qaïda et contrôle près de la moitié de la province d’Idleb (nord-ouest) en Syrie.

La nationalité des personnes arrêtées n’a pas été communiquée par le ministère.

Dans les années qui ont suivi le début du conflit en Syrie, en 2011, la Turquie, frontalière, a été l’un des principaux points de transit des djihadistes cherchant à rejoindre ce pays en guerre.

Depuis la chute du « califat » autoproclamé de l’EI en mars 2019, nombre d’entre eux ont fait le chemin inverse et rejoint la Turquie.

Longtemps accusée de « laisser faire, laisser passer », Ankara annonce désormais régulièrement l’arrestation de membres présumés de l’EI qui se trouvent sur son territoire.

Ankara a expulsé depuis l’an dernier plusieurs dizaines de djihadistes présumés, notamment européens, vers leurs pays d’origine.