/world/pacificasia
Navigation

L’Inde et la Chine parachèvent le désengagement de leurs troupes à la frontière himalayenne

L’Inde et la Chine parachèvent le désengagement de leurs troupes à la frontière himalayenne
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Inde a annoncé dimanche que ses troupes, de même que celles de la Chine, avaient parachevé leur «désengagement» d’une partie disputée de la frontière entre les deux pays dans l’Himalaya, après des mois de tensions. 

• À lire aussi: La Chine accuse l’Inde d’intimidation avec des armes à sa frontière

• À lire aussi: L'Inde accuse la Chine de nouvelles «provocations» à la frontière

Le dernier affrontement entre militaires chinois et indiens dans cette zone date de juin 2020 et avait fait des morts des deux côtés: 20 du côté indien, selon New Delhi, et quatre côté chinois, selon Pékin.

Cet incident en haute altitude, à la frontière du Tibet et de la région indienne du Ladakh, était le plus grave entre les deux géants asiatiques et puissances nucléaires depuis la guerre éclair de 1962, qui avait vu la Chine l’emporter facilement sur l’Inde.

La Ligne de contrôle effectif (Lign of Actual Control, LAC), frontière de facto entre l’Inde et la Chine, n’est pas clairement démarquée et les deux pays se sont accusés mutuellement d’avoir empiété sur le territoire de l’autre.

Pékin et New Delhi avaient envoyé dans la région des dizaines de milliers de soldats supplémentaires ainsi que des armes lourdes à la suite de leur affrontement en juin.

Les deux pays ont toutefois conclu début février, au terme de neuf sessions de négociation, un accord de «désengagement» mutuel des troupes dans un des secteurs disputés de la frontière.

Le ministère indien de la Défense a annoncé dimanche, citant un communiqué commun avec Pékin, qu’au cours de la dixième session de négociation tenue samedi, «les deux parties avaient constaté avec satisfaction que le désengagement de leurs troupes de première ligne dans la région du lac Pangong s’était terminé sans problème».

Il s’agit «d’un pas en avant important», souligne le communiqué, ajoutant que «les deux parties sont d’accord pour [...] poursuivre leur dialogue et leurs communications, stabiliser la situation sur le terrain et s’efforcer de résoudre les problèmes restants de manière mutuellement acceptable».

L’Inde et la Chine partagent 3500 km de frontière dont plusieurs zones font l’objet de litiges, notamment dans le Ladakh.