/misc
Navigation

Mourir dans la fleur de l’âge...

Coup d'oeil sur cet article

L’affluence de cas de COVID-19 dans nos hôpitaux provoque le report de certaines interventions chirurgicales et le retard de traitements pour des cancers...

Ce vendredi passé, sur la route, j’apprends par la radio le décès de Rosine Chouinard-Chauveau. 

Sidérée, ne pouvant plus conduire, je m’empresse de garer ma voiture. 

J’en ai le souffle coupé. Cette petite jeune femme brillante et talentueuse dont les comédiens Violette Chauveau et Normand Chouinard, ses parents, étaient si fiers a quitté ce monde. 

Elle n’était pas atteinte de la COVID-19...

En attente d’une intervention chirurgicale

Elle est décédée à 28 ans parce que son opération chirurgicale a été retardée en raison du délestage.

La semaine dernière encore, elle avait mis sur Facebook la photo de son petit Maël, 3 ans, tout sourire, et j’avais ajouté en commentaire combien il est craquant. 

J’ai le cœur en lambeaux en pensant à Violette et à Normand, des camarades de travail pour lesquels j’ai tant de respect et d’affection. J’ai joué au théâtre avec Violette. J’ai souvent travaillé sous la direction de Normand. La dernière fois, c’était au Rideau Vert, dans La leçon, une pièce de Ionesco. Rosine y était formidable dans le rôle de l’élève sous la férule du professeur Rémi Girard. Je revois Normand en coulisses, si fier, il regardait sa Rosine... 

Et voilà que cette jeune maman a rendu l’âme parce que notre système de santé déjà fragile est engorgé par cette pandémie.

Rosine n’est pas la seule à être emportée par le ressac de cette deuxième vague.

Au diable les mesures sanitaires ? 

Envie de partir sur le party ? De décrocher de tout ça ? Ne cédons pas à cette tentation qui peut avoir de graves répercussions. Non seulement sur nous-mêmes, mais aussi sur la vie d’un petit enfant, qui, comme Maël, se retrouve sans sa maman. 

Adieu, ma Rosine !

Mes vives condoléances aux familles Chauveau et Chouinard.