/world/europe
Navigation

Grippe aviaire H5N8: l'OIE recommande masques et gants pour les travailleurs en contact avec des volailles infectées

Grippe aviaire H5N8: l'OIE recommande masques et gants pour les travailleurs en contact avec des volailles infectées
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) recommande lundi aux personnes en contact avec les volailles infectées par la grippe aviaire H5N8 de porter des équipements de protection, après que la Russie a annoncé avoir détecté pour la première fois une transmission de ce sous-type de virus à l'être humain. 

• À lire aussi: Grippe aviaire H5N8: un premier cas de transmission à l’humain détecté

« Compte tenu du risque d'infection humaine, il est recommandé aux personnes travaillant avec ou en contact avec des volailles infectées (ou suspectées d'être infectées) par l'influenza aviaire de porter des vêtements de protection, notamment des masques, des lunettes de protection, des gants et des bottes », a détaillé l'organisation internationale dans une déclaration adressée à l'AFP.

Selon les autorités russes, le virus a été détecté chez sept personnes contaminées dans une usine de volailles du sud de la Russie, où une épidémie de grippe aviaire a touché les animaux en décembre 2020.

« Bien que ce ne soit pas la première transmission de l'influenza aviaire à l'Homme signalée dans le monde, il s'agit de la première transmission connue de ce sous-type particulier - H5N8 », a rappelé l'OIE.

Les ministères français de l'Agriculture et de la Santé ont assuré samedi que le virus de la grippe aviaire H5N8 présent sur des volailles en France ne présentait, à ce jour, « pas de risque de transmission à l'Homme ».

« Nous sommes actuellement en contact avec les autorités vétérinaires russes pour en savoir plus sur les dernières mises à jour concernant la situation de la grippe aviaire au niveau national », a souligné l'OIE.

Selon elle, l'émergence de nouveaux sous-types peut avoir « des répercussions importantes sur la santé et la production animales ». « Certains sous-types - pas tous - peuvent être zoonotiques et donc constituer une menace majeure pour la santé humaine », a-t-elle souligné.