/sports/hockey
Navigation

Les Bruins sur un petit nuage

Les Bruins sur un petit nuage
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les joueurs des Bruins de Boston ont profité pleinement de leur chance de disputer un match extérieur au lac Tahoe, dimanche. 

• À lire aussi: David Pastrnak s’amuse au lac Tahoe

La formation du Massachusetts y a signé un gain de 7 à 3 sur les Flyers de Philadelphie et les joueurs ont l’impression d’avoir vécu quelque chose d’assez unique.

«C’est une année difficile sans les partisans, mais que dire de plus par rapport à cet événement?», a laissé tomber le défenseur John Moore, après la partie.

«J’ai été chanceux de disputer plusieurs matchs à l’extérieur et celui-là était dans une classe à part, a poursuivi l’arrière aux médias. Nous aurions aimé partager l’expérience avec nos familles, mais nous avons apprécié le tout et avons eu énormément de plaisir comme groupe. Évidemment que la victoire aide. Ce sera un précieux souvenir.»

Un pour qui le match au lac Tahoe sera encore plus spécial quand il y repensera dans les prochaines années, c’est Trent Frederic. Le jeune homme de 23 ans a inscrit son premier but dans la Ligue nationale de hockey.

«C’est quelque chose à laquelle tu as de la difficulté à croire quand ça t’arrive, a exprimé l’attaquant. Évidemment que c’était un peu différent sans les partisans. Il n’y a pas de bruit. Il m’a donc fallu un peu de temps pour réaliser à quel point c’était réel. C’était vraiment bien.»

Un changement de luminosité profitable

Même si l’histoire de Frederic est quelque chose, c’est la performance de David Pastrnak que le grand public se remémorera. Le Tchèque en a mis plein la vue à ses adversaires et aux téléspectateurs en inscrivant trois buts.

«C’était magnifique, a dit avec enthousiasme l’auteur d’un tour du chapeau. Le fait que nous ayons joué sous le soleil et dans la noirceur, fut super. C’est très joli à la noirceur également. Nous avons eu la chance de jouer à l’extérieur. Dans l’ensemble, c’était une expérience incroyable.»

C’est d’ailleurs en partie en raison du changement de luminosité que Pastrnak a fait mouche plusieurs fois.

«[Brad] Marchand m’a dit qu’il n’était pas capable de voir le filet et qu’il allait toujours me faire la passe, parce qu’il ne trouvait pas la cage», a expliqué le franc-tireur.

La «stratégie» de Marchand a fonctionné, puisqu’il a amassé deux mentions d’aide sur la magnifique patinoire du lac Tahoe.