/finance/business
Navigation

Enbridge demande des millions $ à l’État québécois

Coup d'oeil sur cet article

L’albertaine Enbridge qui a engrangé des profits de 1,78 milliard de dollars au dernier trimestre demande des millions à l’État québécois pour l’aider à développer sa filière hydrogène, a appris Le Journal.

« On parle de quelques millions de dollars », a précisé en entrevue au Journal Jean-Benoit Trahan, directeur général de Gazifère, qui appartient au géant Enbridge, qui a son siège social à Calgary.

Enbridge, qui vaut près de 90 milliards de dollars en Bourse, estime avoir besoin de fonds publics pour son projet de distribution de gaz naturel.

Projets en Outaouais

« On a des obligations réglementaires qui viennent du gouvernement du Québec. Il y a toute une série d’aides promises par le gouvernement pour faire la transition énergétique », a expliqué le directeur général de Gazifère.

Enbridge veut de l’aide financière pour des projets de gaz naturel renouvelable et d’hydrogène pour desservir les milieux ruraux de l’Outaouais.

Clients satisfaits

Selon Jean-Benoit Trahan, les clients de l’entreprise seront les premiers gagnants si Québec injecte des deniers publics dans les projets du géant.

« On va pouvoir faire des projets à des coûts raisonnables, et c’est le client en fin de compte qui va en profiter. Ce n’est pas Enbridge qui va faire plus de profits nécessairement sur la base de la mise en place du projet », a assuré M. Trahan.

Au Québec, Enbridge a payé 948 000 $ d’impôts fonciers pour ses projets de production d’énergie, de pipelines et autres en 2019, peut-on lire sur son site web.

Enbridge mentionne qu’elle a « payé 1,8 million $ d’autres impôts et taxes (y compris les charges sociales d’employeur, la taxe sur les carburants et la taxe d’accise) » et versé 9 millions de dollars en salaires à ses employés ici.