/sports/football
Navigation

Tropical Bowl: un séjour profitable pour Pier-Olivier Lestage

Le garde Pier-Olivier Lestage
Photo Facebook, Carabins de l'Université de Montréal Le garde Pier-Olivier Lestage

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il n’était pas satisfait de sa prestation au terme de la première journée, Pier-Olivier Lestage est très heureux d’avoir eu l’occasion de se produire devant les recruteurs de la NFL à l’occasion du Tropical Bowl disputé le 17 janvier à Orlando.

Le garde des Carabins de l’Université de Montréal s’est par la suite pointé à Fort Worth au Texas pour le College Gridiron Showcase; il s’est entraîné deux semaines sous les bons soins du préparateur physique Charles Petrone à Knoxville au Tennessee avant de conclure son séjour en sol américain par un arrêt à Cincinnati, où il a effectué son camp d’évaluation en période COVID-19 sous l’œil attentif de Paul Alexander, qui a notamment dirigé la ligne offensive des Bengals de 1994 à 2017. Avant de s’amener en Floride, Lestage avait passé une semaine avec Alexander à Mason, en Ohio.

«Inactif depuis un an et demi, j’étais rouillé la première journée à Orlando et je n’étais pas satisfait de ma performance», a raconté Lestage, dont la période d’isolement prendra fin jeudi. «J’ai fait des ajustements lors des journées deux et trois, et ça s’est mieux passé. Il n’y a plus de verge entre les deux lignes et tu dois sortir plus rapidement de ta position. Malgré la première journée, mon agent [Sasha Ghavami] a reçu de bons commentaires des recruteurs. Les recruteurs ont tenu compte dans leur évaluation que je vivais une période d’adaptation et que je n’avais pas joué depuis un an et demi contrairement aux Américains, qui avaient joué leur Bowl deux semaines plus tôt.»

«Je ne sais pas si j’ai augmenté ma valeur, mais je suis content de m’être fait voir, de poursuivre le produit des Géants de Saint-Jean-sur-Richelieu. Les recruteurs ont toujours plusieurs questions à l’endroit d’un Canadien qui n’a jamais affronté le talent américain. J’ai pu répondre à quelques-unes de leurs interrogations.»

Le gaillard de 6 pi 3 po et 295 lb s’est aussi frotté à un calibre plus relevé. «Andrew Seinet-Spaulding [McGill] est le meilleur plaqueur que j’ai affronté au Canada, et les plaqueurs étaient tous aussi bons que lui au Tropical Bowl, a-t-il affirmé. Il y a moins de disparité.»

En cette année COVID-19, le parcours d’un finissant, et encore plus celui d’un Canadien, est très différent. Lestage a tout fraîche à la mémoire l’expérience de son ancien coéquipier Marc-Antoine Dequoy, qui a signé comme agent libre avec les Packers de Green Bay l’an dernier avant d’être retranché au tout début du camp d’entraînement sans avoir eu une chance de démontrer son potentiel. La NFL n’a pas encore décidé si les équipes pourront tenir des camps pour les recrues et des activités d’équipe obligatoires (OTA).

«J’ai eu des craintes toute l’année, a reconnu le joueur de ligne offensive de 23 ans, mais j’y vais une journée à la fois. Si j’obtiens un essai dans la NFL, je vais faire de mon mieux. Sinon, je vais être super content d’être repêché dans la LCF ou de disputer une autre saison avec les Carabins. Je ne ferme aucune porte.»

Lestage est en train d’ajouter une nouvelle corde à son arc. «J’ai travaillé beaucoup comme centre avec Mathieu Pronovost [son entraîneur de position avec les Bleus] et Paul Alexander, a-t-il indiqué. Ça va être un plus pour moi. Je n’ai jamais joué comme centre. J’étais un peu hésitant au début, mais je suis de plus en plus à l’aise. À 6 pi et 3 po, on me voit comme garde et centre dans la NFL, et non comme bloqueur.»