/lifestyle/columnists
Navigation

Comment pardonner pour vrai?

Coup d'oeil sur cet article

Quand la COVID-19 est débarquée en mars 2020, je venais d’apprendre que mon conjoint me trompait depuis quelques mois. Je l’avais appris par une amie qui l’avait surpris en charmante compagnie dans un restaurant de la Rive-Sud où il se croyait à l’abri. Le feu était pris dans la cabane, comme on dit, et je lui avais signifié de quitter la maison.

Puis le confinement est arrivé. Les enfants sont revenus à la maison à plein temps, en même temps que moi et leur père devions nous mettre au télétravail. Comment lui demander de partir se loger ailleurs dans des conditions aussi difficiles ?

J’ai donc accepté qu’il reste avec moi et les enfants. Ce qui nous a donné l’occasion de nous expliquer, une fois que ma colère se fut calmée. J’ai accepté ses arguments, car en effet, j’étais devenue assez invivable avec lui depuis quelques mois. Submergée par de nouvelles responsabilités à mon travail ainsi que par le changement de comportement d’un de nos ados qui avait de mauvaises fréquentations, je n’étais plus moi-même.

Toujours est-il qu’avec le temps qui passait et ma colère qui tombait un peu plus chaque jour, le plaisir d’être ensemble nous est revenu à tous deux. J’ai donc décidé de lui pardonner. Même que l’été dernier lors d’un petit voyage en Gaspésie, on a refait nos vœux de mariage au bord de la mer. Ce fut magique. Mais on dirait que la magie a disparu au cours de l’automne passé. Je me suis mise de nouveau à douter de lui. Et si la vie avait repris comme elle était quand il me trompait, serait-il demeuré fidèle ? Cette pensée m’envahit au point de m’obséder. Je ne sais plus quoi faire pour revenir à de meilleurs sentiments envers lui et il se rend bien compte que je ne vais pas bien puisque je passe des semaines entières à lui faire la tête alors qu’il me jure de sa fidélité. Qu’est-ce qui m’arrive ?

M-T B.

Vous dites avoir décidé de lui pardonner l’été dernier. Qu’est-il advenu pour vous faire changer d’avis ? L’avez-vous fait pour les bonnes raisons ou juste pour ne pas briser votre famille ? Pour que le doute et la jalousie quittent votre esprit, il faut être cohérente avec votre décision de pardonner. On ne cicatrise d’une blessure d’amour-propre qu’en prenant les moyens pour calmer son esprit vagabond. 

Pourquoi ruminez-vous un passé malheureux alors qu’il semble que plus rien ne devrait vous y inciter ? S’il faut prendre le taureau par les cornes pour y parvenir, imposez-vous une thérapie de couple qui vous permettra de nettoyer la plaie une bonne fois pour toutes.