/finance/business
Navigation

L’A220 est encore loin de la rentabilité

FRANCE-AIRBUS-AEROSPACE-EARNINGS-DEFENCE
Photo AFP Dominik Asam, chef de la direction financière d’Airbus, a récemment prévenu les analystes financiers que l’A220 coûtera, encore en 2021, très cher à l’entreprise.

Coup d'oeil sur cet article

Comme l’an dernier, Airbus devra encore investir des centaines de millions de dollars, en 2021, pour soutenir le programme d’avions A220, qui est toujours lourdement déficitaire.

C’est ce qu’a révélé le chef de la direction financière du géant européen, Dominik Asam, lors d’une téléconférence avec les analystes financiers tenue la semaine dernière.

Pendant l’appel, M. Asam a d’abord indiqué que l’A220 allait coûter à Airbus « quelques centaines de millions » d’euros cette année. Il a ensuite évoqué « plusieurs centaines de millions » d’euros, puis « bien au-delà de 1 milliard d’euros ».

Un an de plus

Airbus a repoussé d’un an le moment où elle espère gagner de l’argent avec l’avion d’une centaine de places. La pandémie a retardé de plusieurs mois la montée en cadence de la production. Celle-ci passera finalement de quatre à cinq appareils par mois à partir de la fin mars (en incluant les usines de Mirabel et de Mobile, en Alabama).

Jusqu’ici, Airbus espérait atteindre le seuil de rentabilité pour l’A220 au milieu de la présente décennie, de sorte que l’objectif est désormais décalé à 2026.

Pour y parvenir, l’avionneur table sur la livraison d’au moins 150 appareils A220 par année, soit environ 8,5 par mois à Mirabel et 4,5 par mois à Mobile. Airbus devra enregistrer plusieurs nouvelles commandes pour justifier un tel calendrier de production.

Se montrant optimiste, M. Asam a toutefois dit croire possible que l’A220 devienne rentable avec une production inférieure à 150 avions par année.

En 2020, Airbus a livré 38 appareils A220.

Les pertes de l’A220 sont en partie épongées par des emprunts contractés par la Société en commandite Airbus Canada. Airbus détient 75 % de cette entité, les 25 % restants appartenant à Québec. Le gouvernement a versé 1,3 milliard $ à Bombardier en 2016 pour acquérir cette participation.