/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’humiliation publique du Dr Arruda

Le Dr Horacio Arruda et le premier ministre François Legault
Capture d'écran, TVA Nouvelles Le Dr Horacio Arruda et le premier ministre François Legault

Coup d'oeil sur cet article

L’image était profondément malaisante. Le mardi 23 février, le premier ministre François Legault était assis aux côtés du Dr Horacio Arruda et se vantait de ne pas avoir respecté ses avis. François Legault se pétait les bretelles en se félicitant d’avoir été plus prudent que la Santé publique et d’avoir sauvé des vies. Le Dr Arruda devait s’en mordre les lèvres. D’autant plus qu’avec le pire bilan de la COVID-19 au pays, à la place du premier ministre, je me serais gardé une petite gêne.

Des versions qui changent au gré du vent

C’est fou à quel point les versions changent vite. Depuis le début de la crise, les membres du gouvernement Legault ont toujours assuré suivre à la lettre toutes les recommandations de la Santé publique et précisaient qu’il n’y avait pas d’avis écrits, malgré les demandes des partis d’opposition qui voulaient savoir comment les décisions étaient prises.

Pourtant, vendredi dernier, à l’aube d’un congé parlementaire de deux semaines, on a choisi de dévoiler quelques avis écrits (oui, il y en avait), dont ceux qui recommandaient de laisser ouverts, sous certaines conditions, les salles de spectacle, les cinémas, les théâtres et les restaurants. 

Le directeur national de santé publique recommandait également d’ouvrir les gyms et les spas à compter du 28 octobre. On connaît la suite, le gouvernement a décidé de tout fermer pour la période des Fêtes (pourtant, il disait suivre toutes les recommandations de la Santé publique). François Legault a donc dit être fier d’avoir été plus prudent qu’ailleurs et convaincu qu’à cause de ça, il a sauvé des vies.

Vraiment le bon choix?

Sincèrement, avec un bilan de plus de 10 000 morts liées à la COVID-19, soit la moitié des victimes de tout le pays, alors que le Québec représente moins du quart de la population du Canada, j’aurais fait preuve d’un peu plus de modestie. D’autant plus que rien ne prouve que la décision prise par le gouvernement Legault ait été la bonne. 

J’ai tendance à penser également qu’une plus grande prudence s’imposait, mais je n’en ai pas la certitude. Si les Québécois avaient eu une soupape pendant la période des Fêtes, auraient-ils été moins délinquants en matière de respect des règles? Honnêtement, nous ne le savons pas.

Quoi qu’il en soit, pour le Dr Arruda, se faire rabrouer comme ça publiquement, il ne le dira probablement jamais, mais c’était certainement très humiliant. En fait, à voir l’attitude du premier ministre à son endroit, j’en suis même à me demander pourquoi il maintient en poste son directeur national de santé publique. 

Qu’est-ce qui est le pire: se faire traiter comme un incompétent par le premier ministre ou un premier ministre qui tolère ce qu’il considère être de l’incompétence?