/news/politics
Navigation

Régie incendie à Saint-Mathieu-du-Parc: la mairesse dénonce de l'intimidation

Coup d'oeil sur cet article

Le débat sur le projet de création d'une régie incendie réunissant cinq municipalités de la MRC de Maskinongé a monté d’un cran à Saint-Mathieu-du-Parc.

Une vidéo contenant des extraits d’une rencontre tenue à huis clos entre les élus a été publiée sur Facebook, amenant la mairesse Josée Magny a dénoncé ce qu’elle qualifie d’intimidation.

La publication d’une durée de cinq minutes et signée par le collectif Anonymous tente, selon la mairesse, de nuire au projet et de le faire dérailler. C’est que plusieurs citoyens et l’ensemble des pompiers volontaires s’opposent à la fusion de leur service incendie avec ceux de Saint-Boniface, de Charrette, de Saint-Étienne-des-Grès et de Saint-Paulin dans le but de créer une seule régie, ce qui ferait économiser 20 000$ par année à Saint-Mathieu-du-Parc, selon la mairesse.

Mais la publication de la vidéo cette semaine va trop loin. «On est dans l’intimidation dans le but d’empêcher les élus de faire leur travail. C’est clair, pour moi, qu’il y a des gens qui ne veulent pas que ce projet-là se concrétise et j’ai peur que ça dérape», a confié Mme Magny.

La vidéo a rapidement été retirée du web, mais Mme Magny a tout de même contacté la Sûreté du Québec (SQ). Elle souhaite que les autorités fassent enquête afin de trouver le ou les coupables.

Les pompiers surpris

Le chef du service incendie Steve Gélinas s’est dit surpris de cette publication. S’il préfère rester neutre, il avoue tout de même que les membres de son équipe attendent des réponses de la part de l’administration municipale. Il soutient que si le projet de régie va de l’avant, les dix pompiers volontaires sous sa supervision risquent de claquer la porte.

«Ils ne souhaitent tout simplement pas signer avec le nouvel employeur», a-t-il averti.

Le projet divise dans cette localité de plus de 1300 personnes. Un comité de citoyens a créé une pétition en ligne pour demander une consultation publique. Mercredi, plus de 225 résidents avaient donné leur appui.