/news/politics
Navigation

L’armée canadienne encore dans l’embarras après une deuxième enquête contre un dirigeant

Coup d'oeil sur cet article

Quelques semaines après l’annonce d’une enquête sur de l'inconduite sexuelle visant l’ancien chef des Forces armées canadiennes, voilà que son remplaçant fait lui aussi face à une enquête pour des motifs similaires, enfonçant encore la Défense nationale dans l’embarras.

Ancien commandant de la Marine royale canadienne, l’amiral Art McDonald avait remplacé en janvier dernier l’ancien chef de la Défense Jonathan Vance, qui avait pris sa retraite au mois de décembre, soit moins de deux mois avant l’annonce de l’enquête à son égard.

L’amiral McDonald a renoncé à ses fonctions mercredi soir après l’annonce d’une enquête pour inconduite le visant.

Selon la CBC, les allégations visant l’amiral McDonald remontent à 2010. Les actions reprochées impliqueraient une jeune collègue et se seraient déroulées lors d’un événement, avec alcool, à bord d’un navire de l’armée. Il occupait alors la fonction de capitaine de la marine canadienne. 

  • Écoutez l’entrevue de Me Michel Drapeau, avocat et colonel à la retraite, à QUB radio  

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan a tenté aussi bien que mal de contenir ce scandale, assurant qu’il continuait d’agir «de manière décisive lorsque des allégations d’inconduite sont présentées; peu importe le rang ou le poste qu’occupe la personne visée».

Le ministre Sajjan a dit prendre «très au sérieux» les allégations d’inconduite, et qu’il s’abstiendra de commenter le dossier tant que l’enquête ne sera pas terminée.

Il a désigné le lieutenant-général Wayne Eyre pour assurer la direction des Forces armées canadiennes (FAC) de manière intérimaire.

Dans le discours qu’il avait prononcé le jour de sa nomination à la tête des FAC, Art McDonald avait insisté sur l’importance de combattre le racisme et les abus sexuels dans l’armée.

Mercredi soir, un groupe de réflexion militaire d’importance a publié un message intimant aux FAC que «ces allégations doivent faire l'objet d'une enquête approfondie et indépendante».

«Des allégations de cette nature érodent la confiance du public dans les Forces armées canadiennes et, en fin de compte, affectent négativement le moral et nuisent aux efforts de recrutement des futurs protecteurs de notre nation», estime l’Institut de la CAD.

Art McDonald est décrit sur sa page web officielle comme «un Néo-Écossais pur et dur» qui a notamment «dirigé des opérations maritimes d’aide humanitaire et de secours en cas de catastrophe à titre de commandant de la composante maritime de la Force opérationnelle interarmées en Haïti, à la suite du séisme dévastateur qui a ravagé ce pays en 2010».