/world/europe
Navigation

Arménie: les partisans de l'opposition campent devant le Parlement

Arménie: les partisans de l'opposition campent devant le Parlement
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Erevan | Plusieurs centaines de manifestants ont campé dans la nuit de jeudi à vendredi devant le parlement arménien pour exiger la démission du premier ministre Nikol Pachinian, critiqué pour la défaite dans la guerre d'automne 2020 au Nagorny Karabakh. 

M. Pachinian, fragilisé depuis cette défaite militaire face à l'Azerbaïdjan, a dénoncé jeudi une tentative de coup d'État après un communiqué de l'état-major ayant demandé la démission du gouvernement et pris la tête d'une marche de sympathisants de 20 000 personnes dans le centre de la capitale, Erevan.

L'opposition a dans le même temps, à un kilomètre de là, réuni au moins 10 000 personnes devant le Parlement, érigeant des barricades, installant des tentes et promettant de rester là jusqu'au départ du premier ministre.

Vendredi matin, les partisans bloquaient toujours les rues environnant le Parlement et se préparaient à organiser une nouvelle manifestation tandis que Guegham Manoukian, une figure du parti Fédération révolutionnaire arménienne, assurait aux journalistes que l'opposition ne parlerait avec M. Pachinian que de «sa démission».

L'opposition réclame la démission du premier ministre, arrivé au pouvoir en 2018 à la faveur d'une révolution, depuis la défaite dans la guerre pour le contrôle du Nagorny Karabakh.

À l'époque, confrontée au risque d'une débâcle, l'armée avait demandé au chef du gouvernement d'accepter les conditions d'un cessez-le-feu négocié par le président russe Vladimir Poutine et qui impliquaient d'importantes pertes territoriales pour l'Arménie. La guerre, qui a duré six semaines, a fait environ 6000 morts.

L'état-major arménien a réclamé jeudi dans un communiqué la démission de M. Pachinian, jugeant qu'il n'était «plus en mesure de prendre les décisions qui s'imposent» et l'accusant «d'attaques destinées à discréditer les forces armées». Cette déclaration n'a toutefois été suivie d'aucun mouvement de troupe.