/world/pacificasia
Navigation

Coup d'envoi des campagnes de vaccination à Hong Kong et en Corée du Sud

Coup d'envoi des campagnes de vaccination à Hong Kong et en Corée du Sud
AFP

Coup d'oeil sur cet article

HONG KONG | Hong Kong et la Corée du Sud ont donné, vendredi, le coup d'envoi de leur campagne de vaccination contre la COVID-19.

• À lire aussi: [EN DIRECT 26 FÉVRIER] Tous les développements de la pandémie

La Corée du Sud prévoit de vacciner, dans les sept prochains mois, 70% de sa population, tandis que Hong Kong espère que l'ensemble des adultes seront vaccinés d'ici la fin de l'année.

Ces deux territoires ont été parmi les premiers à enregistrer des cas de coronavirus après son apparition l'an dernier au centre de la Chine.

Ils ont réussi à contenir sa propagation grâce à des mesures strictes de quarantaine pour les voyageurs en provenance de l'étranger, au respect, par la population, à des mesures de distanciation sociale et à une stratégie très efficace de tests et de dépistage.

Ces campagnes de vaccination débutent quelques jours après celles de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Alors que les États-Unis et l'Europe ont déjà vacciné des millions de personnes, beaucoup de pays d'Asie-Pacifique accusent du retard.

La Chine est,à ce jour, le deuxième pays du monde à avoir administré le plus grand nombre de doses, soit plus de 40 millions. Elle n'a cependant pas atteint son objectif de 50 millions de personnes vaccinées avant la mi-février.

Le Japon a, quant à lui, commencé à vacciner à la mi-février.

En Corée du Sud, la télévision a retransmis, vendredi matin, le lancement de la campagne de vaccination dans un centre médical de Séoul, en présence du président Moon Jae-in.

Le premier ministre Chung Sye-ky a exhorté tous les citoyens à se faire vacciner, les invitant à «tous faire un pas en avant pour connaître à nouveau ces jours qui [leur] manquent».

À Hong Kong, les premières doses ont été administrées à la population vendredi. 

Les autorités pourraient avoir des difficultés à convaincre les habitants d'accepter ce vaccin produit par un laboratoire chinois, tant la méfiance de la population à l'égard de Pékin est grande.

La semaine dernière, l'ex-colonie britannique avait approuvé l'utilisation en urgence du vaccin contre la COVID-19 de Sinovac en dépit de faibles résultats en ce qui concerne son efficacité.

Un premier lot d'un million de doses était arrivé à Hong Kong 24 heures plus tard.

Les données communiquées par Sinovac font état d'un taux d'efficacité se situant entre 50 et 62%.

Jusqu'à présent, la demande a été forte, quelque 70 000 Hongkongais ayant pris d'assaut les premiers rendez-vous disponibles.

«J'ai une confiance absolue dans les produits de notre mère patrie», a déclaré vendredi une femme âgée qui se faisait vacciner.

Les autorités hongkongaises ont passé une précommande de 22,5 millions de vaccins auprès de trois laboratoires: Sinovac, BioNTech et AstraZeneca.