/sports/hockey/canadien
Navigation

«On a craqué» –Dominique Ducharme

Coup d'oeil sur cet article

Dominique Ducharme aurait évidemment espéré mieux pour son baptême en tant qu'entraîneur en chef dans la LNH. Ce revers de 6 à 3 lui a prouvé que les travers de l’équipe qu’on lui a confiée sont profondément ancrés.

• À lire aussi: Un départ dans la défaite

• À lire aussi: «Il faut plus de chien» –Phillip Danault

« Se débarrasser de mauvaises habitudes, ça prend du temps. Et de la façon dont on joue, il y en a. Créer de nouvelles habitudes, ça prend également du temps. Mais il faut qu’on accélère », a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien au terme de la rencontre.

Pourtant, ses protégés avaient bien amorcé la rencontre. Sans doute sous l’influence de l’adrénaline créée par ce vent de changement, ils étaient partout sur la patinoire. Sorties de zone par le centre, transitions rapides en territoire neutre et pression sur les défenseurs adverses. Puis, soudainement, plus rien. 

« J’ai aimé la première moitié de notre match. Ce n’était pas parfait, mais il y a plusieurs choses que l’on faisait bien. On a craqué. On a craqué mentalement, on a craqué physiquement », a-t-il analysé.

Lorsque vous ne comptez que deux victoires à vos huit derniers matchs, il n’en faut pas beaucoup pour que la chaîne débarque. En avance 3 à 1, les Montréalais ont vu les Jets inscrire cinq buts sans réplique à partir du milieu de la deuxième période.

« On a la confiance fragile, ce qui est un peu normal. Il faut contrôler ce que l’on peut et on a arrêté de le faire. Ça a causé des erreurs, donné des occasions de marquer et coûté des buts », a mentionné Ducharme.

Carey Price au repos ?

Les points à améliorer son nombreux. Peut-être trop pour tous les énumérer, mais Ducharme en a spécifié quelques-uns. Il a montré du doigt les sorties de zone, les décisions douteuses avec la rondelle et le manque de soutien au porteur.

La tenue de Carey Price mérite également de faire partie de cette liste. Le gardien du Tricolore a accordé cinq buts pour la quatrième fois de la saison.

Ducharme avait beau tenir les guides depuis seulement 36 heures, il n’a pas tenté de surprotéger l’homme masqué aux grosses jambières rouges lorsqu’un confrère lui a demandé son appréciation de sa soirée de travail.

« Comme l’équipe. Il fait partie de l’équipe, alors, comme l’équipe. »

Au moment d’embaucher Jake Allen, le plan de Marc Bergevin et de Claude Julien était clair : permettre à Price de ne pas arriver exténué en séries éliminatoires. Une alternance pratiquement régulière s’est installée dans l’utilisation des gardiens. Sauf que devant les pépins que rencontre Price, le moment est peut-être venu de le tenir à l’écart pendant quelques matchs.

« On va étudier toutes les possibilités. On veut trouver les solutions pour que chacun de nos joueurs performe à la hauteur des attentes. »