/sports/ski
Navigation

Gagnon signe le meilleur résultat de sa carrière en descente

La skieuse de Lac-Etchemin estime toutefois qu’elle peut faire encore mieux

Le virage vers les épreuves de vitesse paye des dividendes pour Marie-Michèle Gagnon qui a obtenu, vendredi en Italie, son meilleur résultat en carrière en descente avec une 7e position.
Photo AFP Le virage vers les épreuves de vitesse paye des dividendes pour Marie-Michèle Gagnon qui a obtenu, vendredi en Italie, son meilleur résultat en carrière en descente avec une 7e position.

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Michèle Gagnon a signé le meilleur résultat de sa carrière en descente en terminant au 7e rang, vendredi à Val di Fassa en Italie. Comme pour les Nordiques de Québec à l’époque qui utilisaient ce slogan, la fierté de Lac-Etchemin croit que le meilleur est à venir.

« Les meilleures années de ma carrière sont devant moi, a déclaré Gagnon qui a opté pour les épreuves de vitesse à l’automne 2017 après 10 ans à privilégier les épreuves techniques. Je suis contente de ma 7e place, mais je sais que je suis capable de faire mieux. Je suis pas mal plus constante cette année et ça me donne confiance. »

Le virage vers les épreuves de vitesse paye des dividendes pour Marie-Michèle Gagnon qui a obtenu, vendredi en Italie, son meilleur résultat en carrière en descente avec une 7e position.
Photo AFP

Gagnon constate une nette différence cette année après une préparation estivale axée uniquement sur les épreuves de vitesse. « J’ai viré le croche, a-t-elle imagé au sujet de son amélioration. La présence d’un nouvel entraîneur et de nouveaux skis m’ont permis de connaître une grosse progression. J’ai toujours été plus naturelle dans les épreuves de vitesse. »

Regrette-t-elle d’avoir délaissé la vitesse pour les épreuves techniques à l’âge de 18 ans ? 

« Je n’ai aucun regret, a assuré la skieuse de 31 ans. J’ai tellement appris. C’est dans les années plus difficiles que tu apprends le plus, tant sur le plan sportif que personnel. J’ai vécu des leçons importantes qui font que je savoure encore plus mes succès actuels que si j’étais plus jeune. Mes années plus difficiles m’ont permis de me construire une identité autre que celle de skieuse. »

Le virage vers les épreuves de vitesse paye des dividendes pour Marie-Michèle Gagnon qui a obtenu, vendredi en Italie, son meilleur résultat en carrière en descente avec une 7e position.
Photo AFP

« À l’époque, c’est dans cette direction que je devais aller, de poursuivre Gagnon au sujet de son changement de cap vers les épreuves techniques. J’avais eu une blessure importante à une jambe ; l’équipe technique était plus forte et le budget de l’équipe de vitesse avait été coupé. »

Deuxième Top 10

Pour Gagnon, il s’agit d’un deuxième Top 10 en descente cette saison après celui de Val-d’Isère en janvier où elle avait terminé en 10e place. Elle a aussi signé deux 6e positions en super-géant, une en Coupe du monde et l’autre au championnat mondial. Elle a terminé à 0 s 84 derrière la gagnante Lara Gut-Behrami de la Suisse. Ramona Siebenhoffer (+ 0 s 02) et Corinne Suter (+ 0 s 26) ont complété le podium.

« Parce que j’avais terminé en 3e et en 5e position lors des descentes d’entraînement, ma réaction initiale a été de me dire que c’était un résultat moyen quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, a-t-elle raconté. Après coup, j’étais bien contente de mon résultat. Je n’avais pas un bon dossard (20), mais c’est la vie et ça fait partie du jeu. » 

Gagnon reprendra l’action dès samedi alors qu’une deuxième descente est au programme.