/sports/soccer
Navigation

Didier Drogba: Une poursuite contre lui « qui frôle l’extorsion »

Didier Drogba
Photo courtoisie JAD Didier Drogba avec les fameuses chaussures JAD au cœur d’un litige avec un entrepreneur montréalais, Jordan Pascal.

Coup d'oeil sur cet article

Les efforts de la superstar internationale de soccer Didier Drogba pour aider un jeune entrepreneur montréalais auront fini par lui coûter une fortune, selon ses allégations dans un dossier de cour.

• À lire aussi: D'anciens athlètes gagnants dans le sport, mais perdants en affaires

  • Écoutez les détails de l’enquête du journaliste Jean-François Cloutier ici   

Drogba estime être visé par une poursuite « abusive, clairement sans mérite et qui frôle l’extorsion », de la part de Jordan Pascal, un soi-disant designer québécois, selon lui.

Tout aurait commencé à l’occasion d’une rencontre en août 2016, durant laquelle Pascal aurait convaincu Drogba de devenir l’« ambassadeur » d’une nouvelle marque de chaussure haut de gamme, JAD.

« J’aime le produit et j’aime ton ambition », lui aurait écrit Drogba dans un texto en décembre 2016. L’athlète dit alors avoir mis à la disposition du Montréalais des ressources précieuses pour son projet. 

Drogba allègue cependant avoir ensuite découvert que Pascal n’était pas le vrai designer des chaussures qui lui avaient été présentées.

Sur cette photo, on voit trois vedettes­­­ du sport, Georges St-Pierre, Didier Drogba­­­ et Hassoun Camara en compagnie d’autres personnes, dont Jordan Pascal (encerclé), un entrepreneur mêlé à des litiges, notamment avec Drogba.
Photo courtoisie
Sur cette photo, on voit trois vedettes­­­ du sport, Georges St-Pierre, Didier Drogba­­­ et Hassoun Camara en compagnie d’autres personnes, dont Jordan Pascal (encerclé), un entrepreneur mêlé à des litiges, notamment avec Drogba.

Pascal allègue de son côté, dans une poursuite, que Drogba n’aurait pas respecté certaines obligations contractuelles relativement à la promotion des chaussures de luxe. Ces chaussures devaient se vendre de 810 $ à 955 $ la paire.

« Les allégations des plaignants contenues dans la demande ont été faites avec mauvaise foi et présentent un récit des faits délirant et imaginaire que les plaignants savent être faux et trompeur », argue l’ancienne star de l’Impact dans une défense.

D’autres ennuis

L’affaire n’a pas encore connu de dénouement, mais que ce soit Drogba ou Pascal qui ait raison, une chose est claire : l’entrepreneur Jordan n’en est pas à ses premiers ennuis financiers. La Banque Royale a obtenu contre lui en 2019 un jugement pour qu’il rembourse une somme de 85 000 $.