/misc
Navigation

Plaisir (presque) retrouvé pour le Canadien

HOCKEY-NHL-WPG-MTL/
Photo USA TODAY Sports Tomas Tatar a connu une première période du tonnerre avant que les choses se gâtent par la suite, jeudi, face aux Jets.

Coup d'oeil sur cet article

Il y avait à peine 10 minutes d’écoulées en première période, jeudi soir, à Winnipeg. Mon plaisir était retrouvé. Je sais, l’échantillonnage était famélique. N’empêche, tout était dans la manière.

Les habitués de cette chronique savent. Avant même le premier match à Toronto le 13 janvier, je pointais en direction de Claude Julien afin de tenter de lire la saison à venir du Canadien.

La question était fort simple : Claude Julien va-t-il diriger pour gagner ou s’il va diriger pour ne pas perdre ?

La deuxième option s’est révélée après un premier segment de 10 matchs des plus excitants. 

Jeudi, à Winnipeg, c’est une équipe renouvelée et affamée qui est sortie du vestiaire. Le Canadien jouait de nouveau pour gagner. Jonathan Drouin et Tomas Tatar étaient les meilleurs sur la glace en première période. Y’a pas de hasard. Ils sont deux attaquants réputés unidimensionnels, moins efficaces en défensive. Clairement, coach Ducharme leur
a passé la commande de s’assurer d’exceller dans leurs forces en se moquant de leurs faiblesses. 

Trios remodelés

Comme amateur du hockey bien joué, j’étais de nouveau excité à l’aube de ce match. Et mes attentes étaient comblées. Avant même la perte de Josh Anderson, Ducharme apportait des modifications à ses trios. On l’a aperçu pendant une pause télé distribuer les consignes. Les caméras nous l’ont aussi montré corrigeant le tir avec Jesperi Kotkaniemi, en qui il a réitéré sa confiance en dépit de quelques séquences molles. 

Et que dire des entrées de territoire ! Cette passe provenant d’un défenseur directement à un attaquant posté sur la ligne bleue ennemie en plein centre. Passeport valide vers la créativité, vers l’expression des habiletés.

Sauf que... L’indiscipline a atrophié l’équipe, brisé son élan. La panique s’est réinstallée, les erreurs de communication et de couverture ont coûté cher. La paire Weber-Chiarot s’est effondrée après une bonne première période. Jeff Petry a commis un revirement épouvantable qui a conduit au cinquième but des Jets, celui qui a fermé les lumières dans l’édifice. 

Un gardien perdu

Le Canadien n’a atteint le cadre du filet de Connor Hellebuyck qu’à 13 reprises à partir de la deuxième période, tandis que les Jets obtenaient 22 tirs sur Carey Price. Au fait, Price, impossible à ignorer pour expliquer la défaite. C’est l’éléphant dans la pièce. Lorsque tout va mal, tu veux que tes meilleurs te sortent du trouble.

Dans les faits, Price prend l’eau dans la rivière et la remet dans la chaloupe. Il accorde trop de buts, mais surtout, trop de mauvais buts. Des buts dignes de ceux que concédait Eddy Belfour, chaudaille devant le filet lors du match des étoiles présenté à Montréal en 1993...

Le Canadien est subitement menacé d’exclusion des séries, ce qui serait catastrophique. Dominique Ducharme a beaucoup de pain sur la planche. Il va mal dormir à chercher et proposer des solutions. Puis, en bout de piste, si le gars avec les jambières de 10,5 millions retrouve ses marques, le coach va passer pour un génie.  

Coup de cœur  

HOCKEY-NHL-WPG-MTL/
Photo d'archives

Monsieur Maurice Tanguay. Un géant vient de nous quitter. Si toutes les larmes versées à la suite de son départ glissaient dans le majestueux fleuve, le Saint-Laurent sortirait de son lit. L’héritage de monsieur Tanguay est gigantesque. Le Bas-Saint-Laurent lui doit beaucoup. Mes condoléances à Jacques, Alexandre, toute la famille et les innombrables amis de monsieur Tanguay. 

Coup de gueule  

HOCKEY-NHL-WPG-MTL/
Photo Martin Chevalier

Carey Price. Dans sa zone, le gardien franchise du Canadien est un immense privilège à regarder arrêter les rondelles. Mais loin de ses marques, il est malaisant et insécurisant. En 70 départs depuis la saison dernière, à 11 reprises il a concédé cinq buts ou plus dans un match. Cinq fois en 12 matchs cette saison. C’est indigne du gardien le mieux payé du hockey et ça coule son équipe. 

Un p’tit 2 sur...  

HOCKEY-NHL-WPG-MTL/
Capture d'écran

Une transaction structurante de la part de Marc Bergevin. Ce n’est pas une situation propice en raison de la pandémie, mais si les choses ne se replacent pas pour le Canadien, le directeur général cherchera à bouger afin de secouer de nouveau son équipe. C’est une saison déterminante et rien ne peut être laissé au hasard pour répondre aux attentes élevées.