/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: l'hôpital de Châteauguay à éviter en raison d'éclosions

Coup d'oeil sur cet article

La population doit éviter de se rendre à l'hôpital de Châteauguay, aux prises avec des éclosions de COVID-19 et miné par une urgence redessinée pour pouvoir accueillir des patients potentiellement atteints par le virus.

Dans une brève déclaration, le CISSS de la Montérégie-Ouest a demandé, dimanche après-midi, «d’éviter si possible l’urgence de l’Hôpital Anna-Laberge à Châteauguay en raison d’un achalandage important.»

Considéré comme l'un des hôpitaux les plus achalandés du Québec depuis des années avec celui du Suroît à Salaberry-de-Valleyfield, l'Hôpital Anna-Laberge affichait un taux d'occupation de 131% à l'urgence dimanche, contre 138% pour celui du Suroît.

En raison de cet achalandage hors du commun, le CISSS a mis en place plusieurs actions, incluant le détournement d'ambulances vers d'autres centres hospitaliers, a-t-on précisé.

L'organisation a attribué le débordement de la fin de semaine à des éclosions en cours dans différentes unités. «Les admissions sont présentement arrêtées sur ces dernières, ce qui a un impact sur la fluidité», a expliqué le CISSS.

La réorganisation de l'urgence de l'hôpital pour implanter des «mesures strictes de prévention et contrôle des infections» en vue d'accueillir des patients potentiellement infectés par le virus a aussi chamboulé l'organisation de l'hôpital. «La capacité des urgences est considérablement diminuée et au-delà de cette dernière, il y a des risques pour la sécurité des patients», a souligné le CISSS.

Rappelons que le gouvernement a obligé, en janvier, les hôpitaux Anna-Laberge et du Suroît à reconfigurer leurs urgences, qui n'avaient pas initialement été retenues pour accueillir des patients soupçonnés d'être porteurs du SARS-CoV-2.

L'hôpital de Châteauguay est depuis longtemps victime d'un surachalandage. Récemment, il s'était retrouvé sur la liste des dix hôpitaux du Québec en situation critique face à la pandémie, en décembre, et il avait dû suspendre les visites en janvier. L'hôpital a d'ailleurs réautorisé les visites des proches aidants vendredi dernier seulement.

Le CISSS a rappelé que la population devrait éviter de se présenter à l'urgence, sauf en cas de complications importantes. Obtenir des conseils auprès d'un pharmacien ou d'un médecin de famille, appeler le 811 ou se rendre dans une clinique sans rendez-vous sont des options à privilégier en cas de maux plus bénins.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.