/news/coronavirus
Navigation

Les cinémas érotiques peuvent également rouvrir leurs salles

Ce ne sont certainement pas le popcorn et les bonbons qui attirent cette clientèle

GEN-Devanture du Cinéma L’Amour à Montréal
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Le Cinéma L’Amour, sur le boulevard Saint-Laurent à Montréal, a rouvert ses portes aux amateurs de films pornographiques.

Coup d'oeil sur cet article

En autorisant les cinémas à rouvrir cette semaine, le gouvernement a aussi permis à des salles comme le Cinéma L’Amour de reprendre sa programmation de films érotiques, où les clients font bien plus que manger du popcorn.

« Hey, salut toi ! Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas parlé. C’est Natacha du Cinéma L’Amour. J’espère que tu as entendu la bonne nouvelle, le cinéma va rouvrir ses portes le 26 février. Cette semaine on t’offre deux films [...] beaucoup d’action, beaucoup de scènes super excitantes. On a hâte de te voir », lance une voix chaleureuse sur la ligne téléphonique de l’entreprise montréalaise.

Depuis 39 ans, l’établissement du boulevard Saint-Laurent présente des productions pornographiques. Il est le seul du genre dans la métropole.

« Tout est permis chez nous à condition de le faire dans le respect et la discrétion. [...] Les gens sont plus excités de s’adonner à leurs fantasmes dans un tel environnement, mais attention aux ébats trop bruyants », racontait au Journal il y a quelques années, le propriétaire de l’endroit, Steve Koltai.

La semaine dernière, le gouvernement Legault a donné le feu vert pour la réouverture de tous les cinémas du Québec, qui est effective depuis vendredi. Le Cinéma L’Amour ne fait pas exception. 

Mais les cinéphiles en zone rouge ont dû faire une croix sur le popcorn. Et l’interdiction entourant la vente de nourriture a créé de vives tensions.

Le virus dans les fluides

D’un point de vue de santé publique, est-il plus risqué d’ouvrir un cinéma érotique dans lequel les rapprochements physiques sont encouragés que de permettre aux clients de manger dans la salle ?

« Il est possible de trouver de l’ARN viral du coronavirus dans tous les fluides corporels. Donc, théoriquement, oui, on peut contracter la COVID par le sperme [par exemple] », confirme le président de l’Association des microbiologistes du Québec, Christian Jacob.

Mais tout de même, « si on garde nos distances et que tout est désinfecté, ces deux activités ne sont pas très dangereuses », ajoute l’expert.

Pas une activité familiale 

« C’est sûr qu’il peut y avoir une incongruité dans les décisions du gouvernement parce qu’il n’a pas choisi d’alléger les mesures sanitaires pour la relâche du point de vue de la santé publique, mais plutôt selon les activités qui pouvaient distraire les enfants », note toutefois M. Jacob.

Même chose pour la vente de nourriture. 

« Ça semble être une décision par respect pour les restaurants qui ne peuvent vendre de repas à manger sur place », ajoute-t-il.

Le premier ministre Legault avait annoncé que les cinémas pourraient rouvrir afin d’offrir aux familles une activité additionnelle pour la semaine de congé. 

« Mais les cinémas érotiques ne sont pas pour les enfants », ironise M. Jacob.

Ni le ministère de la Santé ni le Cinéma L’Amour n’ont répondu aux questions du Journal hier.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres