/news/politics
Navigation

Québec solidaire soutient la conversion de terrains de golf en espaces verts

Québec solidaire soutient la conversion de terrains de golf en espaces verts
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La députée solidaire responsable en matière d’environnement, Ruba Ghazal, a apporté son soutien, dimanche matin, aux regroupements citoyens qui se mobilisent pour la conversion de terrains de golf fermés en espaces verts.

La députée de Mercier souhaite ainsi voir la mise en place d’un moratoire sur le changement de zonage des terrains de golf à l’échelle provinciale.

«Depuis 2010, 12 terrains de golf ont cessé leurs opérations à Montréal, soit l’équivalent de trois fois la superficie du parc du Mont-Royal. Il faut saisir cette occasion et reconvertir ces espaces avant qu’ils ne tombent entre les mains de promoteurs immobiliers», a-t-elle plaidé par voie de communiqué.

Sans l’utilisation de ces terrains, le parti juge que certaines municipalités de la région métropolitaine ne pourront pas atteindre l’objectif fixé de 30% de couvert forestier.

La mise en place d’un moratoire permettrait alors de revoir le cadre réglementaire appliqué ainsi que les outils mis à disposition des municipalités pour la préservation de ces espaces verts, a affirmé la députée solidaire.

«Les citoyens veulent des espaces verts accessibles [...], mais les municipalités se font avoir avec des indemnités qui favorisent les promoteurs plutôt que les intérêts», a avancé Mme Ghazal.

Les maires de Candiac, de Mascouche et de Terrebonne avaient d’ores et déjà pris la parole à ce sujet mardi dernier, en réclamant à Québec des outils pour l’aménagement de ces terrains en parcs urbains.

«On ne peut plus exiger des indemnités exorbitantes qui empêchent l’accès des résidents de ces municipalités aux espaces verts, qui sont nécessaires à leur santé physique et mentale, mais aussi à la protection de l’environnement. La ministre [Andrée Laforest] doit empêcher les promoteurs de faire main basse sur les terrains de golf», a conclu la députée.