/weekend
Navigation

Redynamiser l’enthousiasme sexuel malgré le confinement

Coup d'oeil sur cet article

L’enthousiasme sexuel a déserté bon nombre de chambres à coucher depuis le début de la pandémie. Rien d’étonnant à cela ! Se sentir bien, suffisamment pour éprouver du désir et l’actualiser, exige d’être dans de bonnes dispositions, notamment physiques, mentales et relationnelles.

Toutefois, puisqu’il semble qu’un mode de vie de confinement et de restrictions sanitaires s’installe malgré tout (malgré nous) tranquillement, certain.e.s auront peut-être à faire le point sur le sujet.  

Les sources d’éveil sensuel se tarissent

Privé de contacts, l’humain dépérit. Trop de contacts, l’humain risque de mourir. Ou de multiplier les risques de contamination et d’augmenter les risques de mourir, ou de tuer. Rien de bien jojo... Mais l’humain s’adapte également merveilleusement bien. Si faire la paix avec ces durs constats n’a rien de facile, force est de reconnaître que le printemps arrivera, que la nature s’éveillera de nouveau et que la vie reprendra ses droits. À travers tout cela, l’humain apprendra de nouvelles façons de se vivre. 

Et la vie sexuelle, sa propre vie sexuelle, devra peut-être être redéfinie. Car oui, la sexualité d’un très grand nombre de personnes a été altérée par les effets de la pandémie, du confinement. Ce que plusieurs croyaient comme étant indestructible s’est envolé : l’effluve d’un parfum humé dans un bar, le contact d’une hanche qui frôle une main... Des regards et des sourires timides, échangés d’un bout à l’autre d’un resto branché... Des moments de grand bien-être à apprécier le jeu d’un.e acteur.actrice – bien vivant.e, devant soi sur une scène, en compagnie d’un.e ami.e qu’on adore et avec qui on a partagé des moments divins avant la pièce... Ces sources qui habituellement éveillent les sens se tarissent, car stagnantes. Très peu de toute cette vie est nécessaire en temps normal pour éveiller du désir. Pourtant, le désir sexuel a besoin de toute cette vie pour se nourrir et prendre en feu. Que reste-t-il de votre libido ?

Revisitez vos classiques !

Si les autorités canadiennes en matière de santé publique ont proclamé (je n’irais pas jusqu’à dire haut et fort !) que la masturbation était un comportement sexuel hautement sécuritaire pour vivre une sexualité en minimisant les risques de propagation du coronavirus, plusieurs ne le voyaient pas du même œil. En couple, de perdre l’intérêt pour l’autre, célibataire de devoir se résigner. Ces peurs étaient (sont) tout à fait légitimes.

En effet, il est naturel de se questionner sur sa propre santé sexuelle. Peut-être découvririez-vous que cette libido en berne prend tout son sens dans votre vie en ce moment. Vous pourriez choisir de ne pas vous mettre de pression. Vous pourriez également vous fixer des objectifs de changements érotiques pour conserver cette sphère de votre vie bien éveillée. 

Pour augmenter votre libido, vous pourriez tenter de : 

  • Ne pas vous mettre de pression ; 
  • Accepter qu’un ralentissement – voire un arrêt – puisse être bénéfique pour vous, selon ce que vous vivez. La reprise n’en sera que meilleure ; 
  • Mettre de l’avant : le plaisir, l’érotisme, la satisfaction ; 
  • Vous masturber régulièrement (détente et plaisir sont les bienvenus) ; 
  • Trouver ce qui vous fait du bien ;  
  • Être davantage bienveillant.e (envers vous-même et les gens qui vous entourent).