/news/currentevents
Navigation

Il aurait tué son ex et son ancienne belle-mère à coups de hache

La municipalité de Sainte-Sophie a été le théâtre d'un drame qui a coûté la vie à une mère et sa fille de 28 ans

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-SOPHIE | Un homme violent aurait assassiné son ex-conjointe et la mère de celle-ci à coups de hache, lundi soir, dans les Laurentides, avant de tenter de se suicider avec sa voiture.

Le crime odieux a été perpétré vers 21h15 dans une maison bigénérationnelle de la rue Samson, au cœur d’un secteur paisible de Sainte-Sophie.

Myriam Dallaire, victime
Photo Courtoisie
Myriam Dallaire, victime

Les policiers dépêchés sur les lieux ont eu droit à une scène d’horreur en entrant dans la résidence. Ils y ont trouvé Sylvie Bisson, 60 ans, et sa fille, Myriam Dallaire, 28 ans, grièvement blessées.   

  • Écoutez l'entrevue de la DG de l'organisme «Entraide pour hommes», Geneviève Landry, avec Benoît Dutrizac, sur QUB radio:   

Selon nos informations, elles auraient été attaquées brutalement à coups de hache.

Les deux victimes ont été transportées d’urgence à l’hôpital, où leur décès a été constaté quelques heures plus tard.            

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, sur QUB radio:    

L’auteur présumé de ce massacre aurait pris la fuite à bord de sa voiture avant d’être impliqué dans un face-à-face sur le territoire de Saint-Jérôme, à 3,5 km du lieu du double meurtre. Selon nos sources, le suspect aurait volontairement provoqué la collision pour mettre fin à ses jours.

L’impact, survenu dans une zone où la limite de vitesse est de 50 km/h, a été extrêmement violent. L'emploi de pinces de désincarcération a par la suite été nécessaire.

Photo AGENCE QMI, Maxime Deland

«L’enquête a permis d’établir que le conducteur de l’un des deux véhicules est relié [au drame]», a confirmé la sergente de la Sûreté du Québec Marie-Michèle Moore.

Le suspect de 33 ans a été gravement blessé, tout comme le conducteur de l’autre véhicule. Leur vie ne serait pas en danger.

Le présumé meurtrier sera rencontré par les enquêteurs lorsque son état de santé le permettra. D’ici là, il demeure sous surveillance policière à l’hôpital. Il pourrait faire face à plusieurs graves accusations.    

  •  Écoutez l’entrevue d’Isabelle Charest, ministre responsable de la Condition féminine, au micro de Geneviève Pettersen  

Les techniciens en scène de crime de la Sûreté du Québec ont fouillé la résidence de la rue Samson, à Sainte-Sophie, à la recherche d’indices.
Photo AGENCE QMI, Maxime Deland
Les techniciens en scène de crime de la Sûreté du Québec ont fouillé la résidence de la rue Samson, à Sainte-Sophie, à la recherche d’indices.

Violence conjugale

On ignore pourquoi le suspect aurait décidé de s’en prendre à son ex-conjointe et à son ancienne belle-mère.

Il semble que la violence conjugale soit au cœur de ce drame. Jusqu’à tout récemment, le trentenaire était en relation avec Myriam Dallaire, une éducatrice en CPE. Le couple avait un jeune garçon.

«C’était toute sa vie, cet enfant-là. C’est ce que je trouve le plus triste. Elle ne le verra jamais grandir et il ne verra jamais tout l’amour qu’elle avait pour lui», a confié une amie de longue date de Myriam Dallaire.

Celle qui a requis l’anonymat se souviendra de son amie «comme d’une personne joviale qui riait tout le temps et d’une boule d’énergie qui [lui] mettait toujours le sourire».

Pour un proche des victimes, le double meurtre a été commis par un «lâche [qui n’était] pas capable d’accepter une séparation». «[Je n’ai] pas de mots pour décrire les sentiments qui m'habitent», a témoigné Daniel Bisson sur Facebook.

Photo AGENCE QMI, Maxime Deland

Le suspect traîne un très lourd passé criminel. Depuis qu’il a atteint la majorité, il s’est retrouvé plus d’une vingtaine de fois devant les tribunaux.

Il a déjà plaidé coupable de voies de fait et de menaces envers une ex-conjointe (autre que Myriam), dans le contexte d’une séparation antérieure, en 2016.           

 «Il m’a détruite»

Contactée par Le Journal, une troisième ex-copine du suspect a confié avoir vécu l’enfer pendant les deux années où elle a été en couple avec lui.

«C’est un gars qui est très impulsif. [...] Il m’a manipulée, il m’a détruite», a-t-elle soufflé, estimant qu’il s’agissait d’une «bombe à retardement», vu ses problèmes de colère.

En 2011, il a écopé de 52 mois de pénitencier pour avoir battu un quinquagénaire à coups de barre de métal avec trois complices, près de Thetford Mines, dans la région de Chaudière-Appalaches.

– Avec la collaboration de Valérie Gonthier, Erika Aubin, Michaël Nguyen et Anne-Sophie Poiré 


Depuis le début de février, cinq femmes ont été tuées au Québec dans un contexte de violence conjugale ou après avoir demandé l’aide de la police.