/news/politics
Navigation

AstraZeneca doit livrer depuis les États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau a refusé de dire s’il avait obtenu des garanties de l’administration Biden que les vaccins AstraZeneca qui doivent nous arriver des États-Unis ne seront pas bloqués.

• À lire aussi: Le vaccin d’AstraZeneca déconseillé aux 65 ans et plus au Canada, mais pas interdit

Vingt millions de doses de ce vaccin doivent arriver au Canada depuis les États-Unis au deuxième et au troisième trimestre, soit entre avril et septembre.

Il s’agit du premier vaccin qu’Ottawa attend d’une usine américaine. Jusqu’à présent, il dépendait entièrement des usines européennes de Pfizer et de Moderna.

Peu de réponses

La ministre de l’Approvisionnement, Anita Anand, n’a pas dit clairement si les doses qu’elle a commandées à Astra­Zeneca échapperaient au Defense Production Act.

« Nous sommes en contact serré avec la corporation qui a indiqué ne pas voir de problème à exporter des doses au Canada », a-t-elle déclaré mardi, pressée de questions sur le nationalisme vaccinal américain.

Dimanche, en entretien à la télévision de CBC, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a lui aussi éludé la question quant à la possibilité que le Canada bénéficie des capacités de production américaines.

Le président américain, Joe Biden, et le premier ministre, Justin Trudeau, n’ont pas dit un mot à ce sujet la semaine dernière à l’issue de leur première rencontre bilatérale.

Efficace pour les 65 ans et plus ?

Pendant ce temps, le Parti conservateur réclame une réunion d’urgence afin de faire le point sur la sécurité du vaccin d’AstraZeneca pour les 65 ans et plus.

Lundi, le panel indépendant qui fournit des recommandations en immunisation à Santé Canada a déconseillé l’injection de ce vaccin chez les 65 ans et plus en raison du « manque » de données probantes sur son efficacité dans cette tranche d’âge.

Mais Santé Canada n’a pas appliqué cette recommandation du Comité consultatif national d’immunisation (CCNI).

« Les avis contradictoires du CCNI et de Santé Canada, quant à savoir si le vaccin d’AstraZeneca est suffisamment efficace ou non au sein de ce groupe d’âge, doivent être clarifiés avant que le vaccin ne soit déployé dans les provinces et territoires », a déclaré la porte-parole conservatrice en matière de Santé, Michelle Rempel Garner.

Mais l’administrateur adjoint de l’Agence de la santé publique, le Dr Howard Njoo, a souligné que les provinces étaient libres d’appliquer ou non les recommandations de la CCNI.

— Avec Raphael Pirro, Agence QMI