/news
Navigation

Perseverance: Farah Alibay emballée par la suite de la mission

Coup d'oeil sur cet article

L'ingénieure en aérospatiale québécoise Farah Alibay, pilote du robot Perseverance, demeure émerveillée par l'ampleur de la mission d'exploration, deux semaines après l'arrivée du robot sur Mars.

• À lire aussi: La NASA publie une photo panoramique de Mars prise par le rover Perseverance

• À lire aussi: Un code secret caché dans le parachute de Perseverance

• À lire aussi: [EN IMAGES] Voyez la première vidéo de l’atterrissage du robot Perseverance sur Mars

La sonde envoie régulièrement de nouveaux clichés de grande qualité de la planète rouge. Bien entendu, l’équipe de la NASA a l’occasion d’admirer ces clichés de Mars avant tout le monde.

Photo AFP

Photo AFP

«Chaque fois que les photos arrivent de Mars, toute l’équipe est en train de crier, d’applaudir. Chaque fois qu’on voit ça, on n’en revient pas», a confié l'ingénieure en entrevue à LCN, mercredi.

Bien qu'elle soit toujours sur Terre, la Montréalaise d'origine vit à l’heure martienne, c'est-à-dire qu’elle travaille actuellement de nuit et dort le jour. Toutefois, son horaire se décale de 40 minutes chaque jour, ce qui, de son propre aveu, est un peu déroutant.

«Je ne sais même plus quelle heure il est, ni quel jour nous sommes!» a blagué l’ingénieure.

Un premier pas qui prend du temps

La sonde n'est toutefois pas encore prête à parcourir la planète rouge.

Une fois les opérations de calibrage terminées, l’équipe de la NASA s’est affairée à mettre à jour le logiciel de Perseverance.

«En fait, le robot, quand on [le fait atterrir], il a toutes ses fonctions pour pouvoir voyager dans l’espace, pour atterrir. On n’a plus besoin de ça, alors on a changé le logiciel. Notre nouveau logiciel est capable de conduire et de bouger le bras», a expliqué Farah Alibay.

Cette semaine, l’objectif est de faire bouger le bras de Perserverance et de conduire la sonde pour la première fois.

La nouvelle phase de tests et de calibration devrait prendre une à deux semaines, après quoi l’exploration pourra débuter, notamment par le déploiement de l’hélicoptère de la sonde.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.