/news/consumer
Navigation

Peur des toits lourds inégalée depuis la crise du verglas

Plusieurs déneigeurs n’ont jamais eu autant de travail que cet hiver

MBSM Entreprise
Photo courtoisie, MBSM Entreprise Les employés de MBSM Entreprise ne chôment vraiment pas cette année. Ils sont sur appel 24 heures sur 24­­­.

Coup d'oeil sur cet article

Après la pluie et la température clémente récente, des déneigeurs de toits croulent sous les appels à l’aide de clients effrayés à l’idée de voir leur résidence ou leur abri d’auto s’affaisser. 

• À lire aussi: Un homme a sauvé la vie d’une mère et de sa fille dans l’eau glacée

« Ça fait plus de 40 ans que j’enlève la neige des toits. J’ai jamais eu autant d’appels de ma vie pour déneiger d’urgence chez des clients à Montréal », lance Réjean Therrien.

Son entreprise, FR Therrien Rénovation, est spécialisée dans les toitures. Il reçoit 8 à 10 appels à l’aide par semaine ces temps-ci. 

Le déneigeur de toit Réjean Therrien, qui a plus de 40 ans de métier, n’a jamais reçu autant d’appels à l’aide que cet hiver.
Photo Francis Pilon
Le déneigeur de toit Réjean Therrien, qui a plus de 40 ans de métier, n’a jamais reçu autant d’appels à l’aide que cet hiver.

« L’année dernière, on en avait au maximum un par semaine, relate M. Therrien. Et ça, c’est sans compter les clients habituels. La dernière fois que j’ai été aussi occupé, c’est en 1998, durant la crise du verglas. »

Son concurrent MBSM Entreprise fait un constat similaire. Son service de déneigement d’urgence accessible 24 heures sur 24 dans le grand Montréal, à Lanaudière ainsi que dans les Laurentides ne prend pas beaucoup de pauses ces temps-ci. 

« C’est juste incroyable cet hiver. Par rapport à l’an dernier. On a 80 % plus d’appels de clients qui nous demandent de déneiger en urgence leur abri d’auto, leur résidence, leur garage ou même leur ferme », affirme l’employée de MBSM Mélinda Gendron-Meikle.

« Les gens pensent que ça arrive juste aux autres, mais non, il ne faut pas attendre de voir des fissures ou son toit tomber », ajoute-t-elle. 

Gel, dégel, gel, dégel... 

Le propriétaire de FR Therrien Rénovation, Réjean Therrien, affirme que les toits risquent de s’effondrer de plus en plus en hiver, avec les changements climatiques. 

« On a plus de périodes de gel et de dégel en hiver. C’est encore le cas cette année. Il faut ajouter à ça la pluie. Ça fait de la neige dure, très lourde, qui colle au toit et qui met en péril la structure », explique M. Therrien.  

Le spécialiste conseille aux Québécois de déneiger leur toiture ou leur abri d’auto aussitôt que deux pieds de neige s’y accumulent. 

Des signes à surveiller

L’expert en bâtiment du Groupe Burex, Sylvain Brosseau, affirme qu’une structure envoie des signes avant-coureurs lorsque son toit est surchargé. 

« Avez-vous des portes de chambre qui coincent dans des coins ? Des fenêtres qui ouvrent mal ? Des fissures qui apparaissent au-dessus des ouvertures de fenêtres et portes ? Tout ça, c’est anormal et ça peut être un signe que votre toit a trop de neige », résume-t-il.  

Indices qu’il faut déneiger le toit   

  • Fissures au plafond 
  • Craquements inhabituels 
  • Frottement des portes 
  • Fenêtres qui ouvrent et ferment moins bien