/world/europe
Navigation

Sanctions: Moscou appelle Washington à «ne pas jouer avec le feu»

Coup d'oeil sur cet article

La Russie a appelé les États-Unis à «ne pas jouer avec le feu» après l’adoption de sanctions à l’encontre de sept hauts responsables russes en réponse à l’empoisonnement de l’opposant Alexeï Navalny, imputé au Kremlin.

• À lire aussi: Empoisonnement de Navalny: Washington annonce des sanctions contre Moscou

Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué diffusé mardi soir une «attaque anti-russe hostile» faisant partie d’une «politique américaine dénuée de logique et de sens qui ne fait qu’endommager encore davantage les relations bilatérales» avec Moscou.

«L’absurdité triomphe», a encore affirmé la diplomatie russe, qui accuse Washington de servir d’Alexeï Navalny comme «prétexte» pour «interférer ouvertement» dans les «affaires intérieures» de la Russie.

«Nous réagirons sur la base du principe de réciprocité», a poursuivi le ministère, tout en assurant que «les calculs visant à imposer quelque chose à la Russie au moyen de sanctions ou d’autres pressions ont échoué dans le passé et échoueront aujourd’hui».

«Nous continuerons à défendre systématiquement et résolument nos intérêts nationaux, repoussant toute agression. Nous exhortons nos collègues à ne pas jouer avec le feu», a indiqué la diplomatie russe, estimant par ailleurs que les États-Unis ont «perdu le droit moral de faire la leçon aux autres».

Les États-Unis ont annoncé mardi sanctionner des hauts responsables russes. Il s’agit des premières sanctions contre la Russie annoncées par Joe Biden qui, depuis son arrivée au pouvoir, le 20 janvier, a adopté un ton beaucoup plus ferme à l’égard de Moscou que son prédécesseur républicain Donald Trump.

Les sanctions visent notamment Alexandre Bortnikov, patron des puissants services de sécurité (FSB), le chef des services pénitentiaires Alexandre Kalachnikov, le procureur général Igor Krasnov ou encore un proche collaborateur du président Vladimir Poutine, Sergueï Kirienko.

L’Union européenne a pour sa part officialisé lundi des sanctions contre quatre hauts fonctionnaires russes impliqués dans les procédures judiciaires engagées contre Alexeï Navalny et dans la répression menée contre ses partisans.