/news/coronavirus
Navigation

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit au Québec ou ailleurs sur la planète, la pandémie de COVID-19 bouleverse nos vies depuis près d'un an. 

Vous retrouvez ici toutes les nouvelles au fil de la journée liées à cette crise qui frappe la population, les gouvernements et l'économie.  

Les bilans 

PLANÉTAIRE

Cas: 115 467 624

Morts: 2 565 369

CANADA

Cas: 882 800, dont 290 377 au Québec

Décès: 22 136, dont 10 445 au Québec

VOICI TOUTES LES NOUVELLES DU JEUDI 4 MARS

17h45 | Plus de la moitié des cas actifs dans les CHSLD du Québec dans un seul établissement

Un éminent gérontologue s’interroge sur les raisons faisant en sorte que plus de la moitié des cas actifs de COVID-19 dans les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) du Québec se trouve dans un seul et même établissement basé en Outaouais.

Le CHSLD Lionel-Émond, à Gatineau, dénombrait mercredi 42 cas actifs de COVID-19, tandis que le total était de 36 à cette date pour tous les autres établissements du genre à travers la province.


17h24 | Santé Canada veut accélérer l’autorisation des nouvelles versions de vaccins

Santé Canada veut accélérer le combat contre les variants de la COVID-19 en facilitant le processus d’autorisation pour les versions modifiées des vaccins.

Certaines mutations du virus peuvent réduire l’efficacité des vaccins dédiés à combattre la souche traditionnelle de la COVID-19.


16h43 | Les répercussions de la pandémie étudiées chez les enseignants

Trois équipes de recherche du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique vont se pencher sur les effets de la pandémie de COVID-19 chez le personnel enseignant, et plus particulièrement sur les répercussions sur leur santé mentale. 

Grâce à un financement fédéral de 2,9 millions $ du Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 (GTIC), les chercheurs essayeront d’établir une estimation du nombre d’enseignants et de membres du personnel de l’éducation qui ont été infectés par le virus, mais aussi de ceux souhaitant recevoir le vaccin.


15h31 | Des couples reportent (encore) leur mariage

Devant l'incertitude entourant la pandémie, plusieurs couples décident de reporter leur mariage pour une deuxième fois, jusqu'en 2021 en raison de la pandémie.


15h13 | Une troisième vague guette le grand Montréal en cas de relâchement

Des projections de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dévoilées jeudi révèlent à quel point la situation reste fragile dans la région métropolitaine.


15h01 | Le candidat-vaccin contre le coronavirus Soberana 2, développé par Cuba, est entré jeudi en phase 3 des essais cliniques.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP


14h44 | Très peu de sportifs professionnels ayant contracté la COVID-19 ont eu des cardiopathies

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP


13h37 | Alors que de nombreuses régions passeront au palier orange lundi prochain, il y a beaucoup de déception du côté des Laurentides. Malgré tout, on se dit conscient que la situation demeure très fragile et peut changer à tout moment.


13h33 | Virus: craignant un rebond, l’Espagne veut limiter les déplacements pour la Semaine Sainte.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP

Craignant une reprise des infections, les autorités espagnoles ont annoncé jeudi leur volonté de limiter les déplacements pendant la Semaine Sainte, véritable institution dans le pays, et ce malgré une nette amélioration des indicateurs sanitaires.

À l’issue d’une réunion entre le gouvernement central et les 17 régions du pays, le ministère de la Santé a annoncé un accord pour boucler les régions, ce qui signifie qu’il ne sera pas possible de se déplacer entre elles pour aller retrouver sa famille par exemple.

Cet accord prévoit aussi l’interdiction de célébrer des événements publics et un couvre-feu de 22 h à 6 h du matin.

Il doit encore être adopté formellement la semaine prochaine et se heurte à l’opposition de la région de Madrid, l’une des plus permissives d’Espagne, qui a exprimé son désaccord en mettant en avant l’amélioration de la situation sanitaire.

Ces mesures sont déjà en vigueur dans certaines régions, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire adopté en octobre. 

« Notre objectif est encore de sauver des vies, pas de sauver des semaines (saintes) », avait déclaré mercredi soir Carolina Darias, la ministre de la Santé, un slogan envisagé par le gouvernement pour une campagne de communication « ne sauvons pas des semaines, sauvons des vies ».

Alors que les signaux sont au vert depuis quelques semaines, le gouvernement veut éviter à tout prix une reprise de l’épidémie comme celle entraînée début janvier par le relâchement des restrictions à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Si l’Espagne a franchi mercredi le cap des 70 000 morts, le taux d’incidence est descendu à 153 nouveaux cas pour 100 000 habitants sur les 14 derniers jours contre près de 900 fin janvier, et le nombre de cas et de morts dans les maisons de retraite qui ont payé un lourd tribut (près de 30 000 morts), est en chute libre. 


13h23 | Santé Canada donnera le feu vert au vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19 au cours des sept prochains jours.


12h23 | Air Canada aurait accepté de rembourser ses clients pour les vols qui ont été annulés ou reportés pendant la pandémie, une condition imposée par Ottawa avant qu’un plan de sauvetage de l’industrie aérienne soit déployé.


12h19 | La grande majorité des nouvelles hospitalisations dues à la COVID-19 sera concentrée dans le Grand Montréal dans les prochaines semaines.


11h50 | La pharmaceutique Novavax a rendu public son contrat avec le gouvernement fédéral, alors qu’Ottawa refuse depuis des semaines de le faire pour des raisons de confidentialité.


11h25 | Restaurants et bars fermés à 17 h, couvre-feu à Rio.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP

Rio de Janeiro a annoncé jeudi des restrictions de l’activité des restaurants, bars et des plages et un couvre-feu, dans l’espoir de contenir l’épidémie de coronavirus qui flambe au Brésil.

La ville de 6,7 millions d’habitants est l’une des dernières à prendre des mesures au Brésil qui a battu ces deux derniers jours des records de mortalité de la COVID-19, avec 1910 décès annoncés mercredi.

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro continue de minimiser la crise sanitaire et humaine, laissant aux États et aux municipalités la responsabilité de mesures de réduction de l’activité ou de couvre-feu.

Le décret pris à Rio prend effet vendredi pour une semaine et ordonne la fermeture des bars et restaurants dès 17 h, interdit toute activité de vente ambulante sur les plages très fréquentées en cette fin d’été austral, et ferme les discothèques et clubs de sambas ou autres activités festives.

Le décret interdit également la circulation des personnes dans les rues entre 23 h et 5 h, mais pas celle des véhicules.

Les magasins fermeront à 20 h, mais devront, comme les bars et restaurants, limiter leur fréquentation à 40 % de leur capacité. 

« Toutes les mesures annoncées aujourd’hui n’ont qu’un objectif : nous assurer que 2021 ne sera pas la répétition du génocide qui a eu lieu en 2020 à Rio de Janeiro », a déclaré le maire Eduardo Paes, entrée en fonction en janvier.

Eduardo Paes a fait état d’une forte hausse des urgences respiratoires, tout en précisant que les hôpitaux de Rio n’étaient pas confrontés à un risque imminent d’effondrement, contrairement à ceux de nombreuses autres villes brésiliennes.


11h01 | Le Québec rapporte 707 nouveaux cas et déplore 20 décès supplémentaires; les hospitalisations sont en légère hausse.


10h39 | Hausse des nouveaux cas en Ukraine, un nouveau confinement envisagé.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP

L’Ukraine pourrait imposer un nouveau confinement en raison d’une forte hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus, a prévenu jeudi le premier ministre Denys Chmygal alors que la vaccination de la population est à la traîne.

Cette ex-république soviétique au système de santé publique très délabré a enregistré jeudi plus de 10 000 nouveaux cas de contamination, le plus grand nombre depuis la fin janvier. En outre, 3486 personnes ont été hospitalisées mardi, un record depuis le début de la pandémie. 

« Malheureusement, nous devons constater que la troisième vague de l’épidémie a commencé en Ukraine », a déclaré M. Chmygal lors d’une conférence de presse. 

Si la situation continue de se détériorer, « nous allons devoir réintroduire le confinement que l’on avait précédemment », a-t-il ajouté. « Je ne le voudrais vraiment pas : je comprends que la société soit épuisée ».

L’Ukraine avait mis en place un confinement strict de mars à mai 2020 avant d’alléger considérablement les mesures.

Les restrictions actuelles varient selon la situation dans les régions du pays. À Kiev, la capitale, les cinémas et théâtres doivent fonctionner à 50 % de leur capacité, tandis que les bars et restaurants doivent fermer à minuit au plus tard. Le port du masque est en théorie obligatoire dans les espaces publics fermés, mais cette mesure est très souvent négligée par les Ukrainiens.

L’ouest du pays, frontalier de l’UE, est le plus touché par la nouvelle vague du virus.


9h47 | Plus de deux millions de Russes se sont fait administrer les deux doses du vaccin russe Spoutnik V contre le coronavirus, et deux millions supplémentaires ont reçu leur première dose, a annoncé jeudi Vladimir Poutine.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP


9h42 | La Hongrie durcit les mesures face à la troisième vague.

La Hongrie va fermer ses écoles ainsi que la plupart des magasins et des entreprises à partir de lundi en réponse à la détérioration de la situation sanitaire, a annoncé le gouvernement jeudi. 

« Les écoles primaires et les jardins d’enfants vont fermer jusqu’au 7 avril », a déclaré devant des journalistes Gergely Gulyas, le chef du Bureau du premier ministre Viktor Orban.

Les magasins, à l’exception des magasins d’alimentation, des pharmacies et des stations-service, vont également baisser le rideau jusqu’au 22 mars, a-t-il dit, précisant que les employés devront privilégier le télétravail.

Près de 6300 infections au nouveau coronavirus ont été enregistrées jeudi dans ce pays de l’Union européenne (UE) qui compte 9,8 millions d’habitants. Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis le 24 décembre, alors que la maladie a déjà tué 15 476 personnes selon les statistiques officielles.

La Hongrie est déjà placée depuis le mois de novembre sous couvre-feu en soirée et la nuit. Les rassemblements y sont interdits, les restaurants et les universités sont fermés.

Le mois dernier, elle est devenue le premier pays membre de l’UE à utiliser le vaccin russe Spoutnik V et celui du laboratoire chinois Sinopharm, sans attendre l’approbation de l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Près de 800 000 Hongrois avaient reçu au moins une dose à la date de jeudi.


9h16 | La Suède étend le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans

Les autorités sanitaires suédoises ont étendu jeudi aux plus de 65 ans leur recommandation d’utiliser le vaccin anti-Covid AstraZeneca/Oxford, sur la base de nouvelles études britanniques.

Jusqu’ici, Stockholm ne recommandait pas ce vaccin pour les plus de 65 ans, arguant de données scientifiques insuffisantes de la part du laboratoire anglo-suédois.

« Désormais trois grandes études menées au Royaume-Uni montrent que le vaccin d’AstraZeneca a un bon effet protecteur, même pour les personnes de plus de 80 ans, et que l’effet protecteur est comparable à celui d’autres vaccins approuvés », indique l’autorité de santé publique dans un communiqué.

L’Allemagne ce jeudi ou encore la Belgique mercredi ont fait de même, tandis que la France a étendu le vaccin d’AstraZeneca aux 65-75 ans avec des comorbidités.


9h15 | Pandémie : un million de nouveaux pauvres en Italie.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP

La pandémie de coronavirus a fait basculer un million de personnes supplémentaires en dessous du seuil de pauvreté en Italie l’an dernier, selon une enquête publiée jeudi par l’Institut national des statistiques (Istat).

Le nombre de pauvres est passé à 5,6 millions, soit 9,4 % de la population contre 7,7 % en 2019, atteignant un record depuis 15 ans. Cette proportion dépasse largement le taux de pauvreté enregistré lors du début de la crise financière en 2008 (3 %).

La hausse de la pauvreté a été particulièrement brusque dans le riche Nord de l’Italie, avec 720 000 personnes de plus dont la dépense mensuelle est restée en dessous d’un seuil considéré comme minimal en termes de conditions de vie. Le taux de pauvreté y a atteint 9,4 %, contre 6,8 % en 2019.

Le seuil de pauvreté absolue en Italie varie d’une région à l’autre, passant pour une personne seule de 839,75 euros par mois dans une zone métropolitaine du Nord à 566,49 euros par mois dans une petite municipalité du Sud, selon des chiffres de l’Istat portant sur 2019.

Si la hausse de la pauvreté a été particulièrement flagrante dans le Nord, c’est dans le Sud que son taux reste le plus élevé, avec 11,1 % de la population contre 10,1 % en 2019.

Les familles nombreuses sont particulièrement pénalisées, avec un taux de pauvreté passant de 16,2 % à 20,7 % pour celles comptant cinq membres ou plus.

Les mesures de restriction prises pour freiner la pandémie de coronavirus ont provoqué une chute record de la consommation de l’ensemble de la population: la dépense moyenne des ménages a ainsi baissé de 9,1 % à 2.328 euros par mois, retombant au niveau de 2000.


8h01 | L’Allemagne autorise le vaccin AstraZeneca pour les plus de 65 ans.

La commission allemande des vaccins a donné jeudi son feu vert à l’administration du vaccin anti-Covid AstraZeneca/Oxford aux plus de 65 ans, a annoncé le ministère de la Santé.

« La commission des vaccins recommande désormais le vaccin AstraZeneca pour les personnes de plus de 65 ans également. C’est une bonne nouvelle pour les personnes âgées qui attendent une piqûre », a salué le ministre de la Santé, Jens Spahn, dans un communiqué.

La chancelière Angela Merkel avait déjà annoncé mercredi soir que la commission s’apprêtait à rendre un avis favorable et que son gouvernement suivrait cette recommandation.

Jusqu’ici, Berlin n’avait pas autorisé ce vaccin pour les plus de 65 ans, arguant de données scientifiques insuffisantes de la part du laboratoire anglo-suédois pour le permettre.

Désormais, « des études très récentes ont fourni des éléments » permettant de relever l’âge maximum d’utilisation du vaccin, qui continue de susciter la méfiance en Europe, a expliqué la chancelière mercredi soir. Elle faisait notamment référence à des études médicales britanniques montrant une efficacité importante pour les personnes les plus âgées.

Berlin espère avec cette décision accélérer sa campagne nationale de vaccination, critiquée pour sa lenteur par l’opinion.


7h48 | La Direction de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale et le Centre de services scolaire de Portneuf confirment la présence d’un cas de COVID-19 pour lequel il y a suspicion d’un variant, au pavillon Marguerite-d'Youville de l’école de la Grande-Vallée, à Saint-Raymond.


7h32 | L’autorisation d’un traitement soulève des vagues.

L’autorisation temporaire d’utilisation accordée par la France à un traitement contre la COVID-19, basé sur un anticorps de synthèse du laboratoire américain Eli Lilly, soulève des vagues de critiques dans la communauté médicale, faute d’études définitives sur son efficacité.

« La gravité de la situation ne justifie pas l’abandon de la recherche de preuves » nécessaires à l’autorisation d’un traitement, s’est ainsi exclamée la Société française de pharmacologie et de thérapeutique (SFPT) dans un communiqué.

Le médicament autorisé en France fait partie de la famille des anticorps monoclonaux, qui ne sont pas encore commercialisés dans l’Union européenne. C’est un traitement de ce type, fabriqué par le laboratoire Regeneron, qui avait été administré à Donald Trump lors de son hospitalisation en octobre.

Ils représentent une piste prometteuse de traitement précoce, surtout sous forme de cocktail, pour tenter d’éviter hospitalisation et passage en réanimation chez les gens les plus à risque de formes graves de Covid. 

« Ce sont des espoirs nouveaux (...) qui renforcent notre arsenal anti-Covid », avait déclaré il y a tout juste une semaine le ministre de la Santé Olivier Véran. Parmi les anticorps monoclonaux existants, c’est le traitement de l’américain Eli Lilly qui a été autorisé en France. Il s’administre en une seule injection à l’hôpital, à un prix de l’ordre de 1000 euros la dose.


7h32 | Le gouvernement aurait pu réduire l’ampleur de l’hécatombe causée par la COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée, selon un sondage publié jeudi.


7h30 | Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 augmente à nouveau en Europe, après six semaines de déclin, a annoncé jeudi la direction régionale de l’Organisation mondiale de la Santé.


5h35 | Le vaccin russe Spoutnik V a franchi une étape clé jeudi pour son déploiement en Europe avec le début de son examen par l'Agence européenne des médicaments et les autorités russes se sont dit prêtes à fournir des vaccins à 50 millions d'Européens dès juin.


À LIRE | Les camionneurs québécois demandent au premier ministre François Legault d’être vaccinés en priorité pour éviter une troisième vague, a appris Le Journal.


4h35 | COVID-19: vers une approbation accélérée des vaccins contre les variants au Royaume-Uni, au Canada et en Suisse.


À LIRE | Plusieurs commerçants en zone rouge devront garder leurs portes closes après la semaine de relâche même s’ils se disent tous prêts à accueillir les clients de manière « ultra sécuritaire ». Ils sont déçus et découragés par l’annonce du gouvernement, qui les place dans une situation financière encore plus précaire.


3h30 | La décision du gouvernement Legault de ne pas autoriser la réouverture de leurs établissements, y compris en zone orange, a provoqué le courroux des propriétaires de spas qui dénoncent une «discrimination» et une «injustice» à l’endroit de l’industrie.


3h25 | La France a critiqué le projet d'alliance du Danemark et de l'Autriche avec Israël en matière de vaccins anti-COVID, estimant que le «cadre européen» reste le plus approprié pour garantir la «solidarité» au sein de l'UE.


1h00 | Un an et 5000 morts plus tard, la pandémie de COVID-19 a pratiquement été stoppée dans les CHSLD du Québec.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
Photo d’archives, Chantal Poirier


0h52 | Avec des records de morts quotidiens, des hôpitaux au bord de l’effondrement et une campagne vaccinale menée au rythme de l’escargot, le Brésil affronte le moment le plus violent de la pandémie sans aucune stratégie nationale.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
AFP


0h00 | Films, popcorn ou un heureux mélange des deux? Peu importe la réponse, les cinéphiles et les amateurs de boustifaille étaient au rendez-vous cette semaine pour la réouverture des cinémas en zones orange, plusieurs séances de projection affichant même complet.

[EN DIRECT 4 MARS] Tous les développements de la pandémie
Photo Agence QMI, Jadrino Huot


[EN 5 MINUTES] Quel vaccin pour quel pays ?


Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres