/sports/hockey/canadien
Navigation

«Il faut être plus patients» –Dominique Ducharme

Coup d'oeil sur cet article

Les hommes de Dominique Ducharme ont possiblement offert leur meilleure performance de la saison en prolongation, sauf que pour la quatrième fois en autant d’occasions, ils ont laissé un important point sur la table.

• À lire aussi: Hanté par la prolongation

• À lire aussi: Drouin et ses pieds

Si on ajoute les deux rencontres perdues en tirs de barrage, le Tricolore affiche un dossier de 0-6 lorsque vient le temps de dénouer l’impasse d’un match après les 60 minutes réglementaires. À la longue, ça va finir par coûter cher.

« Nous nous étions donné un plan. À un certain moment, on a forcé des jeux, alors que ce n’était pas nécessaire, ou pris des lancers dont le pourcentage de réussite était faible. Il faut être plus patients et contrôler plus la rondelle », a soutenu Ducharme, au terme de la rencontre.

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio:

L’entraîneur-chef du Canadien n’a pas tort. Le jeu à trois contre trois est une créature totalement différente de celui habituellement disputé à cinq contre cinq. La possession de la rondelle devient un élément crucial, car elle permet de réduire les réserves d’énergie de l’adversaire.

« Paul [Byron] a obtenu deux bonnes occasions de marquer. Il se devait de les essayer. Mais à d’autres moments, il faut travailler plus à long terme, prendre le temps de faire un autre changement », a-t-il expliqué.

Pour la première fois, de mémoire d’homme, un entraîneur montréalais a dépêché trois attaquants en même temps sur la surface de jeu. Sur l’une de ces deux occasions, Connor Hellebuyck a été fumant face à Nick Suzuki et Byron (Tomas Tatar était le troisième attaquant).

« C’est pour avoir une combinaison de vitesse et d’habiletés. On veut créer de la confusion par le mouvement, a expliqué Ducharme. D’ailleurs, c’est ce qui est arrivé sur le but qu’ils ont marqué [Joel Armia et Jeff Petry sont entrés en collision]. »

Le congédiement de Waite

En matinée, Dominique Ducharme est revenu sur le congédiement de Stéphane Waite, survenu entre la deuxième et la troisième période du match de mardi.

« Ce n’est jamais plaisant de voir un collègue et un ami partir. Quand je suis arrivé ici, Claude, Kirk, Stéphane, ce sont des gens que j’ai appris à connaître. Ce sont de bonnes personnes », a raconté Ducharme.

Évidemment, la séquence d’événements menant à ce licenciement n’avait rien d’habituel. Toutefois, l’entraîneur-chef du Canadien a souligné qu’il était au courant du geste que s’apprêtait à poser son directeur général.

« Marc [Bergevin] m’avait fait part de sa décision. Il m’a expliqué son plan. Je le savais. J’ai expliqué aux adjoints qui sont avec moi ce qui se passait. Il y a des décisions d’affaires qui sont prises. Il faut vivre avec elles. Ça fait partie de notre sport. »