/news/society
Navigation

Les toiles d'un Trifluvien populaire dans le monde entier

Coup d'oeil sur cet article

Normand Boisvert vend ses tableaux depuis plus de 50 ans. Il n'avait que 17 ans lors de ses débuts et a réussi, au fil du temps, à se faire connaître à l’international.

De la France à l'Italie, en passant par les États-Unis, ce Trifluvien a inspiré le monde entier. Et ses ventes ont triplé dans la dernière année pandémique. Ce sont ses magnifiques toiles reflétant des paysages qui sont si populaires.

«Je trouve ça triste ce qui se passe cette année avec la pandémie, mais au moins, je me dis que mes œuvres font du bien et que les gens avaient besoin de couleurs un peu. C'est ce que mes clients disent. À la place de se payer des voyages, ils garnissent les murs de leur maison. Je les fais voyager un peu à travers mes œuvres», a dit l'artiste peintre, jeudi, à la caméra de TVA Nouvelles.

Sa routine ne change pas depuis le début de la pandémie. Il se lève tôt chaque matin pour peindre, si bien qu'il cumule un impressionnant total de 10 000 tableaux en carrière. Et la plupart d'entre eux se vendent entre 8000$ et 9000$.

«Je peux en sortir 20 de suite en quelques jours! C'est facile pour moi, car j'en ai tellement fait. L'inspiration se fait naturellement dans ma tête», a-t-il ajouté.

Des personnalités connues au rendez-vous

Normand Boisvert a marqué les dernières décennies avec ses œuvres. Mais c'est dans son atelier-galerie du secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières, qu'il partage ses meilleurs souvenirs.

Des vedettes comme Raymond Bourque, Michel Bergeron, Jean Chrétien, Mario Lemieux, Jean-Pierre Masson, Pierre Péladeau et l'ancien gardien de but de la LNH Rogatien Vachon font partie de ses clients.

«Plus souvent qu'autrement, ce sont eux qui m'ont invité dans les dernières années», a dit M. Boisvert en rigolant.

Son succès ne s'arrête pas là. Entre Michel-Ange et Léonard de Vinci, le nom de Normand Boisvert apparaît dans le Dictionnaire international des arts.

«Ça, c'est impressionnant parce que tous les plus grands musées du monde ont ce livre et moi, bien, je suis dedans», a-t-il répondu tout simplement.

L'homme de 71 ans reste toutefois très humble car, pour lui, la passion de l'art reste avant tout sa plus grande fierté.

«La plus belle récompense, c'est de me lever chaque matin et d'aimer mon travail. J'aime peindre et je veux encore faire ça le restant de ma vie», a conclu Normand Boisvert.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.