/sports/opinion/columnists
Navigation

Congédiement de Stéphane Waite: quel manque de classe!

SPO- Camp des Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier Stéphane Waite a vu au bien-être de Carey Price pendant huit ans avant d’être mis à la porte de manière cavalière.

Coup d'oeil sur cet article

Donc, Marc Bergevin a laissé Stéphane Waite travailler pendant les deux premières périodes. Waite est descendu dans le vestiaire entre les périodes pour faire part de ses observations à Carey Price et à l’entraîneur Dominique Ducharme.

• À lire aussi - Congédiement de Stéphane Waite: encore une nouvelle voix

• À lire aussi - «Ça fait partie de la business» -Carey Price

Sauf qu’après le deuxième vingt, Bergevin a fait signe du doigt à Waite. T’es dehors ! Fini. Prends tes affaires et va-t’en chez vous. 

Stop sur l’image. Faites un petit effort. Ça fait huit ans que Stéphane Waite travaille de près, en fait, huit ans qu’il travaille intimement avec Carey Price. En essayant de le comprendre, de l’encourager, de corriger ses erreurs, d’améliorer la « force de son mental ». Huit ans que de septembre à mai, il passe plus de temps avec son Carey dans une semaine qu’Angela Price avec son mari.

Huit ans. Et soudain, Stéphane Waite réalise en moins de 30 secondes qu’il a été trahi, que son Carey ne lui a pas fait un signe quelconque, que Dominique Ducharme ne l’a pas préparé au choc, qu’il est dehors à coups de pied dans le cul.

Et comme il va recevoir le reste de son salaire prévu au contrat, il réalise qu’il va pleurer seul dans son char en retournant à la maison. Qu’il a les deux poings liés, qu’il est obligé de faire le beau et de fermer sa gueule. Parce que lui ne gagnait pas 10,4 millions par saison.

C’est écœurant. Quel manque de dignité ! Quel affreux manque de classe !

GEOFF MOLSON, BELL ET LES AUTRES

Comment Geoff Molson, sa famille, ses associés de Bell, de la Banque Nationale et les autres puissants de ce monde peuvent-ils fermer les yeux sur pareil comportement abusif ?

Est-ce de cette façon qu’on congédie les vétérans cadres chez Bell ? Ou chez Molson-Coors ? Ou à la Banque Nationale ? On les crisse à la porte entre deux rendez-vous avec un client ? 

Même pas capable d’attendre au lendemain matin pour faire les choses correctement ?

Les amateurs de hockey et les partisans du Canadien vont gober les histoires mal torchées de l’organisation. Le CH, c’est comme Donald Trump quand il a affirmé qu’il pourrait tuer quelqu’un sur la 5th Avenue à New York et qu’il ne perdrait pas un vote. Le Canadien peut faire n’importe quoi et ses fans vont tout avaler.

Mais j’ai passé une partie de la journée à appeler des présidents, des vice-présidents, des dirigeants d’entreprise et des avocats.

Tous, absolument tous sans exception, ont eu la même réaction.

Il n’y a pas une entreprise sérieuse qui traiterait un cadre de cette façon. Impossible. À moins qu’à la dernière minute, Marc Bergevin n’ait été mis au courant que Stéphane Waite avait « démérité » gravement l’organisation ou qu’il était coupable d’une trahison. 

Si ce n’est pas avéré et confirmé, alors c’est une façon de faire abusive et irrespectueuse.

MAIS ALORS, QU’A FAIT WAITE ?

La façon de congédier est pire que le congédiement. Ce fut tellement brutal, les propos de Bergevin et de Price le lendemain étaient tellement vagues et décousus, à la limite constante du mensonge, que des centaines de dirigeants d’entreprise sont convaincus depuis hier que Stéphane Waite a démérité ou trahi le Canadien. 

Or, Waite ne peut parler s’il veut toucher sa paye. 

Et les réponses de Carey Price ne font rien pour empêcher l’assassinat public de la réputation de Waite. Après huit ans de loyaux services, après huit ans de fidélité, après huit ans de travail, tout ce que Price a trouvé à dire, c’est que ce congédiement était une affaire professionnelle.

D’autres grands athlètes ont congédié des entraîneurs. Félix Auger-Aliassime vient de le faire. Andre Agassi l’a fait. Jean Pascal a rompu avec Marc Ramsay. Sauf que ces athlètes payaient eux-mêmes le salaire de leur entraîneur. Et que ce sont eux personnellement qui ont décidé du changement.  

Dans le flou des mensonges d’hier, Carey Price a fait savoir qu’il n’était au courant de rien.

Ben oui chose, gratte-moi donc le bas du dos...