/sports/fighting
Navigation

Yvon Michel à la rescousse

Yvon Michel
Photo d'archives, Agence QMI Yvon Michel

Coup d'oeil sur cet article

Il y aura un visage familier dans le coin de Marie-Ève Dicaire pour cet important duel.

• À lire aussi: Prêtes à en découdre

• À lire aussi: Dicter le rythme du combat

Celui du promoteur Yvon Michel qui effectue un retour dans le rôle d’entraîneur. 

C’est la première fois depuis 2010 qu’il se retrouve dans cette position. À l’époque, il avait donné un coup de main à Marc Ramsay pour un combat de championnat du monde intérimaire entre Antonin Décarie et Souleymane M’baye. 

« L’entraîneur de Marie-Ève, Stéphane Harnois, avait essuyé des refus de la part de plusieurs entraîneurs, a raconté Yvon Michel. Pour une raison ou une autre, ils ne pouvaient pas se déplacer au Michigan. 

« À ce moment, Marie-Ève m’a contacté et m’a convaincu d’être dans son coin pour son duel contre Claressa Shields. »

Effort collectif

Par contre, même si sa flamme d’entraîneur est toujours bien présente, il a eu besoin d’une réflexion avant d’accepter l’invitation. 

« Je m’inquiétais pour mon gala du 16 mars à Québec, a-t-il précisé. On a trouvé un plan B alors que c’est Alexandra Croft et Bernard Barré qui seront responsables de la soirée.

« Tout le monde a mis l’épaule à la roue pour me permettre d’être présent avec Marie-Ève. »

Une autre perspective

Au cours des 11 dernières années, Michel n’a pas perdu de son sens analytique d’un combat en raison de son boulot à RDS. 

« Ce que j’aime du métier d’entraîneur, c’est que tu peux avoir un impact direct sur le résultat du combat.

« Ce n’est pas le cas lorsque je suis assis dans les premières rangées comme promoteur. Je me sens impuissant par rapport à ce qui se déroule dans le ring. »

Durant les rounds, il va faire ses commentaires à Stéphane Harnois. Toutefois, c’est Harnois qui va prodiguer les conseils à la championne. 

Au cours de sa carrière, il a vécu plusieurs combats d’envergure aux côtés des Éric Lucas, Stéphane Ouellet et Otis Grant. 

Son expérience sera utile dans les moments importants dans celui entre Dicaire et Shields. 


♦ Petite précision au sujet de Samuel Décarie. Il a été déclaré positif à la COVID-19 avant le dernier combat de Sadriddin Akhmedov au Mexique, l’obligeant à demeurer 14 jours de plus dans ce pays avant de rentrer au Canada. Pourtant, il avait appliqué toutes les mesures sanitaires à la lettre. Un coup de malchance.