/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: les Québécois ont hâte d’enfin sortir au restaurant

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal a demandé à une dizaine de personnes ce qu’elles attendent avec le plus d’impatience en vue de la réouverture des restos lundi.

• À lire aussi: Salles à manger des résidences: «Il était temps que ça rouvre!»

• À lire aussi: Compliqué d'ouvrir les cabanes à sucre

• À lire aussi: Réouverture lundi: course folle dans l’industrie de la restauration

Privés de leurs restos préférés depuis des mois, les Québécois rêvent déjà de leur première sortie en salle à manger. Pour certains, le plaisir sera de déguster un plat bien précis, comme un tartare ou une pizza, mais, dans la majorité des cas, comme a pu le constater Le Journal, c’est surtout de se retrouver avec d’autres gens dans un endroit commun — même avec les consignes sanitaires — qui les réjouit le plus. Vivement le passage en zone orange lundi! 

Un dîner avec ses parents âgés   

Photo courtoisie

Réservation en main, Nicole Boily attend impatiemment son dîner de lundi.

«Ce n’est rien de compliqué, c’est au St-Hubert, mais avec mes parents (photo). Je suis proche aidante pour eux, explique la dame, originaire de Coaticook en Estrie, parlant de ces dîners comme d’une vraie tradition. On a continué tout l’hiver, mais on le mangeait assis dans l’auto», raconte-t-elle.

Son père, âgé de 93 ans et qui a perdu beaucoup de capacité à force d’être «enfermé» toute l’année, y retrouvera son petit plaisir.

«Pour lui, c’est comme s’il reprenait vie un peu. Ça va le réanimer j’ai bien l’impression», confie Mme Boily, qui a hâte de sentir un peu de chaleur humaine malgré les mesures sanitaires toujours en place.

«Quand j’ai appelé, j’ai senti que les employés étaient heureux. J’ai l’impression que lundi, on va être reçus par des gens heureux de nous retrouver, ça fait du bien». 

Un bon déjeuner la fin de semaine   

Photo Diane Tremblay

«J’ai très hâte de retourner au restaurant ! Nous, on aime ça les déjeuners la fin de semaine en famille. Faire des choses comme ça, ça va faire du bien!», a affirmé Marie-Christine Duchesneau.

Cette mère de famille compte laisser passer la première semaine avant de réserver, mais pas question d’attendre plus longtemps.

Dès la deuxième semaine, c’est inscrit à l’agenda : sortie au restaurant.

«On va se gâter!», se promet-elle.  

La prudence au rendez-vous   

«J’ai hâte d’aller au restaurant, mais pas plus que ça. On est allé chercher des mets pour emporter à chaque semaine et ça faisait différent, mais tant que je n’aurai pas reçu le vaccin, je vais rester prudente», a confié Lyne Hawkins. 

«Je me dis : avoir fait attention si longtemps, je ne veux pas prendre de chance. Je sors faire une petite course pas longtemps et je retourne à la maison», a dit la dame rencontrée à l’entrée des Galeries de la Capitale.

Elle a profité de la pandémie pour cuisiner davantage.

Cette résidente du quartier Lebourgneuf aura l’embarras du choix lorsqu’elle se sentira prête à retourner en salle à manger.

«En temps normal, on va souvent chez Normandin, le Cochon Dingue, le Cosmos, le Sésame. On fréquente les restaurants autour.» 

Des mets asiatiques réconfortants   

Photo tirée de la page Facebook, Le Parfum d'Asie

«Les restaurants, c’est quelque chose qui m’a manqué. Notre premier choix sera sûrement un restaurant asiatique. Ça va faire du bien de se retrouver au restaurant, même si c’est juste avec notre conjoint», a confié Sylvie Turcotte.

Le restaurant est déjà choisi. Comme première sortie, ce sera le Parfum d’Asie, sur le boulevard Henri-Bourassa, qu’elle connaît bien. 

«Au restaurant, le repas dure une heure ou une heure et quart. On prend une entrée. On boit du vin. Quand on va chercher les mets et qu’on les mange chez nous, c’est trop vite», a ajouté son conjoint, Michel Coulombe.

«Au restaurant, il y a l’ambiance. Ça fait changement. Ça sort du décor de la maison. C’est sérieux. On va téléphoner au début de la semaine prochaine pour réserver», a poursuivi Mme Turcotte.  

Burger et tartare au menu   

Photo tirée du site web du Shaker

«Je n’ai pas encore choisi de restaurant, mais j’ai hâte d’y aller pour sortir de chez nous», lance Kim Gagné, 23 ans, qui n’en peut plus d’être privée de contacts sociaux.

«Durant le confinement, j’ai cuisiné, oui et non», ajoute-t-elle.

Son restaurant de prédilection avant le confinement était le Shaker où elle se promet bien de retourner dès que cela sera possible afin de déguster l’un de leurs fameux burgers ou encore un tartare.  

Une sortie pour remercier une amie   

La réouverture des restaurants sera l’occasion pour Hubert Vachon de remercier une amie qui lui a rendu un fier service au début de la pandémie. 

Dès la semaine prochaine, il l’invitera au Shogun Sushi pour la remercier.

«J’ai une dette envers mon amie et je devais l’inviter à souper pour la remercier, mais avec la pandémie ce n’était pas possible», explique le jeune homme de 21 ans originaire de Lévis.

C’est le bruit, l’ambiance et le côté social des restaurants qui lui a le plus manqué dans les derniers mois. 

«De côtoyer d’autres humains, ça va faire du bien!» lance-t-il en riant. 

Reprendre un rituel familial   

Photo Jérémy Bernier

Louis-Philippe Normand et sa famille ont bien hâte de retrouver leurs sorties au restaurant, qui sont un «petit rituel» quand ils sortent de la maison.

«Oh oui, c’est déjà prévu! J’ai hâte!» laisse entendre le père de famille qui avoue être le plus gourmand.

«On s’ennuie de ça. De ne pas pouvoir y aller, c’est sûr que ça change la dynamique», explique le Trifluvien en visite dans la Vieille Capitale.

S’ils n’ont pas encore réservé leur place la semaine prochaine, ils ne tarderont pas à prendre le téléphone pour le faire.

La petite famille en profitera peut-être même pour célébrer l’anniversaire de la conjointe de M. Normand, Josée Goulet, autour d’un bon repas. 

Madame Chose et Chez Biceps BBQ au banc d’essai   

«J’ai bien hâte de retourner au restaurant. Lequel? C’est difficile à dire. Je n’ai pas de resto précis en tête, parce que j’aime découvrir», confie Ève-Lyne Lecours. 

Toutefois, il y a quelques adresses qu’elle aimerait essayer pour une première fois, à la réouverture des restaurants.

«Je peux dire que j’aimerais essayer le restaurant Chez Biceps BBQ et le restaurant à thème Madame Chose», partage-t-elle.

Mme Lecours n’est pas pressée de réserver une table.

«Mais quand je vais y aller, c’est certain que ce sera avec mon amoureux», lance-t-elle. 

Ce qui lui manque le plus dans le fait d’aller au restaurant, c’est l’ambiance qui y règne. 

«C’est aussi une excellente façon de s’évader du quotidien», termine-t-elle.  

De Sainte-Brigitte-de-Laval à Lévis pour son resto favori   

Photo courtoisie

«J’ai hâte de savourer mon premier repas au resto Délice à Lévis, lors de la réouverture des restaurants. J’habite à Sainte-Brigitte-de-Laval, mais ça ne me dérange pas de conduire jusqu’à Lévis pour y aller», s’enchante Sophie Lafrance, qui habitait Lévis autrefois.

Elle dit s’ennuyer de l’ambiance de ce restaurant, de son menu varié, ainsi que de ses délicieux cocktails. «J’y allais souvent avant. Je ne sais pas encore avec qui j’irai, mais ça ne me dérangerait pas d’y aller seule», poursuit-elle.

Pour son premier repas, elle croit qu’elle se commandera soit une de leurs pizzas fines ou une de leurs salades, ainsi qu’un gâteau au fromage. 

Hâte de retrouver La Buvette Scott   

Photo courtoisie

«Oui, j’ai vraiment hâte d’aller au restaurant! Il y a plusieurs endroits à Québec que j’aime beaucoup», partage Guillaume Langlois.

Parmi toutes ses adresses préférées, il y en a une qui lui manque particulièrement.

«Je dirais que j’ai très hâte de retourner à la buvette Scott, un petit bar à vin du Vieux-Québec situé sur la rue du même nom, Scott! L’ambiance, le service exceptionnel et la qualité des produits rendent l’endroit incontournable», poursuit-il.

M. Langlois n’a encore rien réservé pour le moment, mais il compte bien le faire dans les prochains jours. 

Ce qui lui manque le plus dans cette activité? «C’est de discuter avec des amis autour d’un verre et de bien manger», termine-t-il.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres