/news/society
Navigation

Principe de Joyce: la nation atikamekw va s’adresser à l’ONU

Coup d'oeil sur cet article

Devant le refus du gouvernement du Québec de reconnaître l’existence du racisme systémique dans la province, la nation atikamekw se tourne vers les Nations unies (ONU).

• À lire aussi: Un comité de réconciliation créé au CISSS de Lanaudière

• À lire aussi: Les audiences publiques sur la mort de Joyce Echaquan du 13 mai au 2 juin

Les Atimakekw de Manawan souhaitent que justice soit rendue dans l’affaire du décès de Joyce Echaquan. Ils réclament notamment l’équité en matière de soins de santé.

De son côté, le gouvernement Legault continue de refuser de parler de racisme systémique, tout en défendant sa gestion du dossier.

«Tout n’est pas réglé aujourd’hui, mais on fait plusieurs actions dans ce sens-là et je pense qu’on l'a démontré clairement depuis l’annonce du décès de Joyce Echaquan, ce drame terrible. On a fait des annonces concrètes. On l’a fait pour l’hôpital de Joliette, mais on ne s’est pas limité à l’hôpital de Joliette. On a décidé de le faire pour l’ensemble du système hospitalier et l’ensemble des gens qui travaillent à l’hôpital. Je pense que nos gestes sont très crédibles et concrets, affirme le ministre responsable des Affaires autochtones Ian Lafrenière.

La CAQ a d’ailleurs annoncé, vendredi, un investissement 19 M$ sur cinq ans visant à bonifier l’accès aux services juridiques pour les peuples autochtones. Ce montant permettra d’améliorer la traduction en offrant des interprètes, d’embaucher des juristes autochtones et de rehausser l’aide aux victimes.