/finance/business
Navigation

Un but de 200 000 doses par semaine dans les entreprises

Le gouvernement Legault veut s’appuyer sur le privé pour accélérer la cadence

COVID Que 20210302
Photo Pool, La Presse canadienne, Paul Chiasson Le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé s’est exprimé, hier, dans le cadre d’une rencontre virtuelle organisée par le Conseil du patronat du Québec (CPQ).

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, souhaite enlever de la pression sur le réseau public en administrant 200 000 doses de vaccin par semaine dans les entreprises, a appris Le Journal.

« Si on dit 200 000 doses à administrer par semaine dans les entreprises, on parle d’une cinquantaine de hubs/regroupements d’entreprises, qui pourraient vacciner jusqu’à 5000 personnes par semaine pendant trois mois », a précisé hier M. Dubé lors d’un webinaire organisé par le Conseil du patronat (CPQ).

Dans son discours, Christian Dubé a dit aux entreprises qu’elles pourront contribuer à l’effort en prenant en charge les opérations de vaccination ou en fournissant des vaccinateurs.

« Dans nos grosses semaines au mois de juin, on pourrait aller jusqu’à un million de doses par semaine. Ce qu’on veut, c’est enlever de la pression sur le réseau public. Avec nos pharmaciens, on parle d’une vaccination de 100 000 à 200 000 par semaine. On aimerait ajouter à ça des entreprises », a-t-il affirmé.

Multiplier les sites

Au passage, le ministre de la Santé a salué l’ajout d’une ressource du secteur privé au ministère, Marie-Christine Cloutier, directrice, Performance d’affaires & Croissance stratégique chez CAE, qui s’unira à l’effort.

« Vacciner, c’est gagner ! Gagner notre combat contre ce foutu virus. Cette victoire, je veux la partager avec vous. Allons gagner ensemble cette bataille de notre vie », a plaidé Christian Dubé à la communauté d’affaires.

D’après lui, le Québec doit se retrousser les manches et mettre sur pied des sites de vaccination à même les entreprises pour augmenter la capacité et la vitesse de vaccination.

« Plus les entreprises prennent en charge la vaccination ou nous prêtent de la main-d’œuvre, plus le personnel du réseau de la santé peut retourner dans les hôpitaux pour soigner notre monde et reprendre les chirurgies », a-t-il illustré.

« C’est possible ! »

Hier, le PDG du CPQ, Karl Blackburn, a indiqué que son organisation demandait depuis plusieurs semaines que les entreprises participent à l’effort de vaccination du gouvernement.

« Aujourd’hui nous assistons à une réelle mobilisation des employeurs, partout au Québec, afin de faire leur part. Le ministre Dubé a entendu l’appel et lance lui-même un ambitieux défi : atteindre 200 000 vaccinations par semaine. C’est possible ! » a-t-il dit.

De son côté, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a indiqué que plus de 350 entreprises de partout au Québec avaient déjà répondu présentes.

« Ce taux de réponse important confirme notre première impression : de nombreuses entreprises veulent jouer un rôle actif dans cette campagne de vaccination », a déclaré Charles Milliard, PDG de la FCCQ, par communiqué.


Hier, des associations de camionneurs ont demandé d’être priorisées dans la vaccination, mais leur demande est restée lettre morte, pour le moment.