/finance
Navigation

Caisse de dépôt: un pari de 500 M$ US en Inde

Le bras immobilier de la Caisse investit dans la construction de tours de bureaux

Un des complexes de bureaux « nouvelle génération » du Groupe Embassy, à Bangalore, l’un des prochains marchés cibles d’Ivanhoé Cambridge en Inde.
Photo courtoisie Un des complexes de bureaux « nouvelle génération » du Groupe Embassy, à Bangalore, l’un des prochains marchés cibles d’Ivanhoé Cambridge en Inde.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la pandémie fragilise ici — comme partout en Occident — les actifs commerciaux des centres-villes, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) joue d’audace en faisant le pari contraire de la construction de tours de bureaux en Inde.

Sa filiale immobilière, Ivanhoé Cambridge, vient de miser discrètement un demi-milliard de dollars américains dans la création d’un nouveau véhicule d’investissement destiné spécifiquement à la construction et à la propriété de grands ensembles de bureaux du sud de ce pays, à Bangalore et Chennai notamment.

« En raison du faible taux de pénétration d’internet dans la plupart des quartiers résidentiels de ce pays, le modèle des tours de bureaux n’est pas vraiment menacé par le travail à domicile. Le télétravail, tel que nous le connaissons en Europe et en Amérique, n’est pas encore vraiment au programme là-bas », soutient de Paris la porte-parole d’Ivanhoé Cambridge, pour les territoires de l’Europe et de l’Asie-Pacifique, Julie Benoit.

Une première en 2024

Pour ce faire, Ivanhoé a choisi de faire équipe avec Embassy Group, l’un des principaux acteurs de l’immobilier dans ce pays. Titulaire de 20 % de la capacité d’investissement initiale (500 M$ US) du nouveau véhicule, Embassy dirigera l’ensemble des activités de développement, de gestion de projet, de location et d’exploitation du fonds.

Le premier projet issu de ce partenariat prévoit la construction à Bangalore d’une tour de sept à huit étages, d’une superficie de 1,3 million de pi2, pour une somme évaluée à 150 M$ US. Cette dernière fera partie d’un ensemble de bureaux de 60 acres en préparation, baptisé Embassy East Business Park. La fin de sa construction est prévue pour « le début de 2024 ».

Blackstone et compagnie

Au cours des dernières années, d’autres importantes sociétés d’investissement, telles que Brookfields Asset Management et Blackstone, se sont intéressées au marché indien du bureau, somme toute demeuré peu affecté par la pandémie. Embassy Group profite même déjà d’un partenariat avec Blackstone pour l’achat et la location de tours de bureaux en Inde.

« Nombre d’entreprises reconnaissent l’Inde comme pôle d’innovation mondial, soutenu par un vaste bassin de talents de renommée internationale. Nous prévoyons l’accélération de cette tendance, confortant ainsi la demande à long terme de bureaux de nouvelle génération, durables et de grande qualité », a commenté le directeur général d’Ivanhoé Cambridge pour l’Asie, Karim Habra.

Ivanhoé n’en est pas à ses premiers pas en Inde. En 2019, la montréalaise avait fait l’acquisition de débentures convertibles d’une valeur de 250 M$ US du groupe financier Piramal Enterprises Limited, de Mumbai. 

Deux ans plus tôt, en 2017, en partenariat avec Quadreal Property Group, Ivanhoé avait également investi 400 M$ US dans Logos, géant de l’immobilier logistique.