/investigations
Navigation

Centaines d’armes saisies à Montréal

FD-CHEF-GANG-KLOR
Photo tirée de Facebook L’ex-chef du gang les Diplomats Jonathan Klor sur une photo prise à la prison de Rivière-des-Prairies en 2012.

Coup d'oeil sur cet article

Le SPVM a saisi autant d’armes à feu en 2020 qu’à l’époque où les gangs de rue constituaient sa « priorité numéro un » et que la violence de ces groupes criminels atteignait son pic.

• À lire aussi: Des gangs violents et armés jusqu’aux dents

Entre 2006 et 2009, les gangs étaient hors de contrôle et leurs affrontements ont mené à un bilan effarant de 39 meurtres et de 175 tentatives de meurtre en quatre ans à Montréal.

  • Écoutez les détails avec le journaliste Éric Thibault ici

Durant cette période, la police a saisi plus de 2800 armes à feu au total, dont le quart, soit 673 armes, provenait des gangs de rue, d’après les rapports annuels du SPVM.

« Ce n’est pas la première fois qu’on connaît des évènements avec armes à feu entre groupes rivaux. On doit leur fermer le robinet », a récemment dit l’inspecteur David Shane au Journal, en référence à l’approvisionnement en armes illégales de ces gangs.

Depuis un an, la police a aussi procédé à une centaine d’arrestations pour trafic ou possession illégale d’armes à feu.

Parmi les accusés, on compte notamment Jonathan Klor, ex-chef du gang de rue les Diplomats, basé à Pierrefonds.

Il avait été arrêté en 2009 puis condamné à 93 mois de pénitencier pour trois tentatives de meurtre contre des membres d’un clan rival à Dollard-des-Ormeaux.

Le « bon chemin » 

Klor avait aussi vidé le chargeur d’un fusil mitrailleur AK-47 sur la maison d’un adversaire.

Le jour de sa sentence, il avait fait ses excuses à ses victimes tout en disant au juge qu’il voulait changer et reprendre « le bon chemin » quand il serait libéré.

Maintenant âgé de 33 ans, Klor a été appréhendé par la section du crime organisé du SPVM lors d’une enquête ayant conduit au démantèlement d’un réseau de trafic d’armes et de stupéfiants, le 9 octobre dernier.

– Avec la collaboration de Valérie Gonthier