/weekend
Navigation

«Vieillir avec panache»: la sexologue Jocelyne Robert veut en finir avec les clichés

Jocelyne Robert
Photo courtoisie, Laurence Labat Jocelyne Robert

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa fougue habituelle et une envie très forte de partager ses réflexions, la sexologue et auteure à succès Jocelyne Robert déboulonne un à un les clichés associés au vieillissement dans son nouveau livre, Vieillir avec panache. Pour elle, cette étape de la vie est à réinventer : un âge de toutes les libertés, de l’instant présent, de la tendresse et de la joie.

Jocelyne Robert lance un véritable cri du cœur dans cet ouvrage écrit pendant la pandémie de COVID-19, qui lui trottait dans la tête depuis longtemps. Elle ne mâche pas ses mots, et s’indigne de la façon dont les aînés sont perçus par la société, exposés à la ségrégation et mal considérés.

Dans son livre, divisé en deux grandes parties, la spécialiste parle de la COVID-19, de l’alphabet générationnel (les baby-boomers, la génération X, etc.), de l’âgisme et des enjeux de la vieillesse, mais elle parle aussi d’action, de joie, de la peur, de la sexualité.

« C’est vraiment la pandémie qui m’a donné le coup de pied au derrière pour écrire ce livre, parce que je l’avais en tête. J’en ai vu tellement, des situations d’âgisme ! Dans les dix dernières années, j’ai été beaucoup avec les personnes âgées. Voir ce qui se passait dans les CHSLD, ça m’a tellement indignée que je me suis dit : bon, c’est le temps. Je vais l’écrire, ce livre. » 

« Mon but, c’est d’amener des prises de conscience sur le regard qu’on porte sur les vieilles personnes, nous, la société, et le regard qu’elles portent sur elles-mêmes. »

« Le monde est tellement axé sur la jeunesse que c’est comme si, à partir du moment où tu n’es plus ce stéréotype, qui est considéré comme la valeur fondamentale dans la société, tu ne vaux plus grand-chose. Je me dis que si je peux contribuer à changer ça et amener les gens de 65-70 ans à révolutionner l’affaire un peu, je vais être bien contente. »

Les peurs

Est-ce une question de peur de vieillir, de dégoût de la vieillesse, de mise à l’écart ? « Il y a plusieurs éléments, mais en gros, la vieillesse, ça fait peur. On a peur de la mort, qui nous insécurise. La mort est une inconnue. »

« Après 50 ans, on considère la personne comme étant de l’autre côté de la pente – sur la pente descendante. La vieillesse, c’est un miroir : ça nous montre vers où on s’en va. On s’en va vers quelque chose de différent. On a peur d’être vieux, d’être moins beaux, de ne plus avoir de valeur... »

La valeur des gens

Son livre parle beaucoup des baby-boomers et des silencieux, mais il s’adresse aussi aux gens de 40 et 50 ans. « Si on veut changer quelque chose, il faut y aller tous ensemble. Il faut que ces gens pensent à ce qui s’en vient : ont-ils envie d’être parqués, d’être considérés comme une espèce de masse homogène ? On dit “les vieux”, comme s’ils étaient tous pareils. Mais chaque vieux, chaque vieille est différent des autres. »

La valeur d’une personne ne se perd pas, souligne-t-elle, même si une femme ou un homme prend de l’âge, se fragilise. « La pimpante sexy sexagénaire n’est pas comme le nonagénaire. Mais ce n’est pas juste une question d’âge : c’est beaucoup entre les deux oreilles, et comment on se perçoit. »

Dans la deuxième partie du livre, elle a voulu montrer que ce n’est pas parce qu’une personne vieillit que la joie disparaît, par exemple. « La joie est de plus en plus possible, en vieillissant, comme si on avait une disposition pour elle. Peut-être parce qu’on a plus de temps, qu’on n’avait pas le temps avant. »  

  • Jocelyne Robert est sexologue, auteure et communicatrice.  
  • Elle a publié une quinzaine d’ouvrages à succès : essais, romans et livres pour jeunes, traduits en 20 langues. 
  • Elle a rencontré des milliers d’adultes au cours des conférences présentées ces dernières années. 
  • Son travail d’éducation et de vulgarisation a été récompensé à plusieurs reprises. 
  • Son site web : jocelynerobert.com.   
Vieillir avec panache<br/>
Jocelyne Robert<br/>
Les Éditions de l’Homme<br/>
192 pages.
Photo courtoisie
Vieillir avec panache
Jocelyne Robert
Les Éditions de l’Homme
192 pages.