/weekend
Navigation

«Falling Into You» de Céline Dion: les 25 ans d'un succès planétaire

Céline Dion
Photo d'archives, courtoisie, Daniela Frederici

Coup d'oeil sur cet article

L’étoile de Céline Dion atteignait un nouveau sommet en 1996. Douze mois après avoir secoué la francophonie avec D’eux, la chanteuse, alors âgée de 27 ans, répétait l’exploit du côté anglo avec Falling Into You. Sorti le 12 mars en Amérique du Nord, l’opus s’est vendu à 32 millions d’exemplaires depuis, devenant l’album le plus populaire de sa carrière. Analyse d’un phénomène qui célèbre son quart de siècle.

• À lire aussi: Céline de retour à Vegas

C’est un euphémisme : Céline Dion était entourée d’une équipe d’élite pour concevoir Falling Into You. Du producteur David Foster (Whitney Houston, Barbra Streisand) aux auteurs Diane Warren (Aerosmith, Toni Braxton) et Jim Steinman (Meat Loaf), en passant par Humberto Gatica, un ingénieur du son qui avait travaillé sur Thriller de Michael Jackson, les collaborateurs de renom pleuvaient.

« Sony croyait beaucoup en Céline, indique Pierre Marchand, cofondateur de MusiquePlus et ami proche de René Angélil. Ils avaient mis toute la gomme. »

La magie opère

Céline Dion
Photo courtoisie

Les ingrédients réunis, la magie a opéré.

Enregistré à Nassau, Los Angeles et New York, Falling Into You renferme quatre immenses tubes : Because You Loved Me, qui s’est hissé au sommet du Hot 100 du Billboard américain, It’s All Coming Back to Me Now, une ballade en puissance devenue un classique de karaoké, et deux reprises ayant acquis le statut d’incontournables, All By Myself et River Deep, Mountain High.

L’album comprend également la version anglaise de trois morceaux en français signés par Jean-Jacques Goldman pour l’album D’eux : If That’s What it Takes (Pour que tu m’aimes encore), I Don’t Know (Je sais pas) et Fly (Vole).

« Céline était très, très heureuse durant l’enregistrement, commente son fidèle complice, Humberto Gatica, joint au téléphone. L’énergie était incroyable. Ça s’entend sur l’album. Je savais qu’on avait quelque chose de spécial. »

« Ils l’ont prise au sérieux »

Pour Mike Gauthier, qui travaillait à MusiquePlus et Énergie en 1996, Céline Dion a récolté ce qu’elle avait semé avec 

.« Ils avaient mis la table avec trois albums différents, Unison, Celine Dion et The Colour of my Love, qui l’avaient établie comme une star internationale. Avec Falling Into You, elle est devenue une mégastar planétaire. »

Selon l’animateur, cet opus a changé la manière dont l’industrie musicale percevait la diva de Charlemagne.

« Ils l’ont prise au sérieux. Parce qu’avant, Céline, c’était un succès populaire, mais quand tu parlais aux gens du milieu, aux musiciens, tu entendais tout le temps des trucs comme : “Oui, mais elle a toute une machine derrière elle.” Il y avait toujours un bémol. Falling Into You a changé ça. Soudainement, Céline n’était plus quelqu’un à qui on disait quoi faire ; c’était quelqu’un qui maîtrisait parfaitement son art. »

Triomphe aux Grammy

La reconnaissance de l’industrie s’est d’ailleurs matérialisée au 39e gala des Grammy, quand Falling Into You a décroché le prix de l’album de l’année, devançant des parutions majeures comme Odelay de Beck, The Score des Fugees, Mellon Collie and The Infinite Sadness des Smashing Pumpkins, et Waiting to Exhale, une bande originale de film concoctée par Babyface.

Humberto Gatica se rappelle une soirée « incroyable ».

« Au party de Sony après, tout le monde est content, tout le monde s’embrasse. Céline vient vers moi et me dit dans l’oreille : “Crois-tu que tu pourrais travailler avec moi sur mon prochain disque ?” Je lui réponds que je serai toujours là pour elle. Aussi longtemps qu’elle aura besoin de moi. »

Céline Dion, qui fête ses 28 ans quelques semaines après avoir lancé <em>Falling Into You</em>, en mars 1996.
Photo tirée de Facebook
Céline Dion, qui fête ses 28 ans quelques semaines après avoir lancé Falling Into You, en mars 1996.

Les grandes ligues

D’après Pierre Marchand, Céline Dion a réalisé « un grand bond en avant » avec Falling Into You, damant le pion aux deux autres « chanteuses à voix » du moment, Whitney Houston et Mariah Carey. 

« C’est venu confirmer qu’elle faisait dorénavant partie des grandes ligues, déclare-t-il. Après cet album, sa seule véritable rivale, c’était Whitney Houston. Whitney avait également une voix fantastique, mais elle n’était pas aussi travailleuse que Céline. C’était son grand défaut. »

Malgré tout

Falling Into You s’est avéré un triomphe malgré des débuts chaotiques.

En effet, René Angélil avait retenu les services de Phil Spector, célèbre producteur des Beatles, des Ramones et d’Ike et Tina Turner, mais après quelques séances d’enregistrement en 1995, le gérant avait tiré la plogue. Selon plusieurs sources, Spector s’était montré trop autoritaire. Il aurait même fait pleurer Céline Dion.

Dans une lettre de 800 mots envoyée au magazine Entertainment Weekly en 1996, Spector a vanté le talent de l’artiste québécoise... tout en dénigrant les gens qui l’entouraient, qualifiant leur travail d’« amateur », de « répugnant » et d’« artificiel ».

L’histoire n’a pas donné raison à Spector. Aux dires de Mike Gauthier, Falling Into You tient encore la route. « Quelques chansons, comme Make You Happy, sont un peu trop polaroïds des années 1990, mais les gros hits ont bien vieilli. Céline était extrêmement fière de son disque à l’époque. Et elle avait raison de l’être. »

Céline sous pression      

Céline Dion en 1996. Séance photo pour l’album <em>Falling Into You</em>.
Photo courtoisie
Céline Dion en 1996. Séance photo pour l’album Falling Into You.

La petite histoire derrière la relecture d’All By Myself, ce succès qu’Eric Carmen avait lancé en 1975, est fascinante. 

Dans un documentaire paru en 2019 intitulé David Foster : Off the Record, le célèbre producteur raconte comment l’enregistrement du morceau s’est déroulé et surtout, comment Céline Dion est parvenue à atteindre cette fameuse note (un fa) qui continue, un quart de siècle plus tard, à soulever les foules chaque fois qu’elle retentit en spectacle.

Une note qu’il qualifie d’« impossible » : aiguë, puissante et longue. 

Foster avait effectivement prévu une modulation un ton et demi plus haut, obligeant la Québécoise à pousser ses cordes vocales encore plus loin.

David Foster
Photo courtoisie
David Foster

En entrevue téléphonique au Journal à partir de Los Angeles, l’ingénieur du son Humberto Gatica révèle que Céline Dion était particulièrement nerveuse avant d’immortaliser la ballade au Record Plant Studio de Los Angeles. Ses paroles pour rassurer la chanteuse avant qu’elle prenne place au micro ? « Tu peux le faire. Tu es Céline Dion. Tu livres toujours la marchandise sous pression. C’est l’une de tes forces. »

David Foster en avait rajouté une couche en disant, à moitié sérieux : « Si jamais tu n’es pas capable de tenir la note aussi longtemps qu’il faut, c’est correct. Whitney Houston est juste à côté. Je vais aller la chercher pour qu’elle la fasse pour toi. »

Défi relevé

Malgré le contexte, Céline Dion a relevé le défi haut la main. Elle a décoiffé tout le monde en poussant la note avec force et précision sur « anymore » pendant huit bonnes secondes.

« Je voulais impressionner David », se rappelle la chanteuse dans David Foster : Off the Record.

« Les planètes étaient alignées, commente Humberto Gatica. Quand elle l’a fait, on a tous crié Wowwww ! Et puis, elle a fait six ou sept autres prises... mais c’est la première qui s’est retrouvée sur l’album. »

Audace payante

René Angélil et David Foster étaient derrière cette reprise d’All by Myself.

Dans ses mémoires publiées en 2018 aux Éditons Québec Amérique, l’ancien directeur musical de Céline Dion, Claude Mégo Lemay, parle d’une idée « audacieuse » qui allait donner « un autre sérieux coup de pouce » à la carrière anglophone de l’étoile de Charlemagne.

Il avait raison.

Troisième extrait de Falling Into You en Amérique du Nord après Because You Loved Me et It’s All Coming Back to Me Now, All by Myself s’est hissé au sommet des palmarès mondiaux.

Mariant images filmées en studio et extraits de spectacle en noir et blanc, son vidéoclip a abondamment joué à MusiquePlus et Musimax. Joint au téléphone, Pierre Marchand, qui dirigeait les deux stations musicales, salue le résultat final.

« Je suis un amoureux d’Eric Carmen, et quand Céline Dion a refait All by Myself, elle l’a amenée ailleurs sans jamais la dénaturer. Elle l’a faite sienne. Aujourd’hui, c’est sa version qu’on entend le plus. C’est un tour de force. »

« C’était une performance vocale incroyable de Céline, résume Humberto Gatica. On savait qu’elle allait remporter énormément de succès. »  

Falling Into You en chiffres  

Céline Dion et René Angélil lors d’une conférence de presse à Montréal, en décembre 1996, pour annoncer que <em>Falling Into You</em> a été sacré l’album le plus vendu de l’année au monde.
Photo d'archives
Céline Dion et René Angélil lors d’une conférence de presse à Montréal, en décembre 1996, pour annoncer que Falling Into You a été sacré l’album le plus vendu de l’année au monde.
  • Plus de 32 millions d’exemplaires vendus, selon les chiffres officiels de Sony  
  • Numéro 1 aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en France, en Australie et dans plusieurs autres pays  
  • 4 clips : Because You Loved Me, It’s All Coming Back To Me Now, All by Myself, Falling Into You  
  • 2 prix Grammy : Meilleur album pop et Album de l’année   

Les choix des fans  

Céline Dion répond aux questions des journalistes après son spectacle à Montréal.
Photo d'archives
Céline Dion répond aux questions des journalistes après son spectacle à Montréal.

Quelle est votre chanson préférée sur Falling Into You ? Nous avons posé la question à 10 fans de partout dans le monde.

Call the Man

« J’ai découvert la voix incroyable de Céline Dion avec Falling Into You. J’avais 16 ans quand c’est sorti. C’est la bande sonore de mon adolescence. »

Cindy Freriks, 40 ans, Pays-Bas 

I Love You

« Falling Into You contient beaucoup de tubes, mais personnellement, j’adore I Love You. Depuis toujours. C’est une chanson subtile, sensationnelle, charmante... La déclaration d’amour ultime. » 

Marcin Janczak, 29 ans, Pologne

Declaration of Love

« J’aime les classiques comme All by Myself, Because You Loved Me et It’s All Coming Back to Me Now, mais Declaration of Love reste ma préférée. Elle nous permet de voir une Céline en feu sur scène, comme durant sa tournée de 1996. Cette chanson me met tout de suite de bonne humeur ! »

Mathilde Prunier, 24 ans, France 

Because You Loved Me

« La première fois que j’ai entendu cette chanson, j’avais 13 ans. J’aime le message qu’elle envoie, d’autant plus qu’avec les années, elle s’est transformée en hommage aux gens du public qui l’appuient, comme pour leur dire merci. »

David Neumann, 21 ans, Allemagne

It’s All Coming Back To Me Now

« C’est un morceau iconique. La durée, la montée, les paroles... On dirait un film. »

Stephanie de Waard, 37 ans, Pays-Bas

Declaration of Love

« C’est une pièce incroyable. Sa voix m’épate à chaque fois. Falling Into You comprend tellement de bonnes chansons, de ballades puissantes... C’est difficile d’en choisir juste une ! »

Tracy Miller, 52 ans, États-Unis 

All By Myself

« C’est une chanson signature qui m’a fait tomber en amour avec Céline. Elle montre toute la puissance vocale qu’elle possède. C’est aussi l’une des chansons qui reçoit une ovation debout chaque fois qu’elle la fait en spectacle. »

Enzo, 40 ans, Italie

Falling Into You

« Quand j’ai entendu Céline chanter cette chanson au Festival de musique de San-remo, en 1996, j’ai tout de suite été séduit. Le lendemain, j’ai couru au magasin de disques pour m’acheter la cassette. »

Renato, 38 ans, Italie 

Because You Loved me

« C’était la chanson-thème d’Up Close and Personal. J’ai même nommé mon chien colley Tallie, qui était le nom d’un des personnages du film. Chaque fois que j’entends cette chanson aujourd’hui, ça évoque des tonnes de souvenirs, mon amour pour mon chien, et mon amour pour Céline. »

John Sims, 47 ans, États-Unis

It’s All Coming Back to Me Now

« Céline donne une force incroyable à cette chanson. Sa voix puissante ne faillit jamais. Elle montre aussi qu’elle est capable de douceur. Vingt-cinq ans plus tard, cette chanson n’a pas pris une ride. »

Marc-André Vigneault, 33 ans, Québec 

Une tournée applaudie partout     

Au Colisée de Québec, en juin 1996
Photo d'archives
Au Colisée de Québec, en juin 1996

Falling Into You, c’est aussi une tournée mondiale couronnée de succès. Entamée le 18 mars 1996 à Perth, en Australie, elle s’est terminée 15 mois plus tard au stade Charles-Ehrmann de Nice, en France, après 149 concerts sur quatre continents. Choriste pour Céline Dion durant cette tournée, la Québécoise Rachelle Jeanty parle d’une organisation réglée au quart de tour, d’un spectacle « très calculé » et surtout, d’une période d’effervescence pour Céline Dion.

« La demande était tellement forte que René [Angélil] a décidé d’ajouter des dates », souligne la chanteuse, qui habite désormais en Allemagne.

Malgré sa popularité, Céline Dion était « encore très terre-à-terre » à cette époque, commente Rachelle Jeanty.

Pour sa part, la choriste Julie Leblanc se rappelle la bonne entente qui régnait dans l’équipe. « C’était immense comme organisation. J’étais très impressionnée. Dans les dernières semaines, on sentait une petite fatigue, parce qu’ils devaient préparer la tournée suivante, Let’s Talk About Love. La pensée de René, c’était : il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Mais même s’ils étaient fatigués, les gens restaient de bonne humeur. »

Ovation de 10 minutes à Montréal

Quant au public, il différait de pays en pays, mais côté accueil, c’était (presque) partout pareil : un tonnerre d’applaudissements soir après soir. 

« En France, les foules étaient hystériques, la réaction était particulièrement émotive », raconte Rachelle Jeanty, qui mentionne également l’ovation debout de 10 minutes en début de concert à Montréal parmi ses souvenirs les plus mémorables.

La une du <em>Journal</em>, au lendemain du premier spectacle au Centre Molson de Montréal, le 10 avril 1996.
La une du Journal, au lendemain du premier spectacle au Centre Molson de Montréal, le 10 avril 1996.

Conquérir New York a donné plus de fil à retordre à Céline Dion. « Au Madison Square Garden, c’était plus picky. Les New-Yorkais, il fallait les gagner », signale Julie Leblanc.


Une captation des concerts du Falling Into You : Around the World à Memphis a été lancée en format VHS en 1998. Mais depuis quelques années, les fans demandent la sortie d’un DVD à grands coups de pétitions sur internet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.