/world/pacificasia
Navigation

COVID-19: premiers cas en Nouvelle-Calédonie, territoire français jusqu’ici épargné

Coup d'oeil sur cet article

Neuf premiers cas de COVID-19 ont été détectés dimanche en Nouvelle-Calédonie, et un confinement strict de deux semaines a aussitôt été décrété dans ce territoire français du Pacifique Sud, l’un des rares sur la planète n’ayant pas été touchés jusqu’ici par la COVID-19.  

Ces cas ont été identifiés lors d’investigations menées en raison de la détection, la veille, du premier cas autochtone dans l’archipel de Wallis-et-Futuna, autre archipel français situé à 2200 km plus à l’est.

Jusqu’à présent, la Nouvelle-Calédonie figurait, avec Wallis-et-Futuna, parmi les rares territoires du monde à n’avoir pas enregistré de cas de COVID-19, grâce notamment à des quatorzaines obligatoires dans des hôtels réquisitionnés pour toute personne arrivant sur place. Seuls des cas importés de la maladie avaient été comptabilisés.

Il y a une bulle sanitaire entre les deux territoires, de sorte que les voyageurs circulent librement. Dans l’état actuel des investigations, les autorités ignorent comment le virus s’est introduit à Wallis-et-Futuna.

«Selon les premiers éléments, le patient [à Wallis-et-Futuna] aurait développé des symptômes mi-février, et aurait pu ainsi être contaminé à Wallis-et-Futuna à partir de la fin du mois de janvier», a déclaré à la presse Thierry Santa, président du gouvernement calédonien.

Ce malade, qui serait un responsable de collège, se trouve dans un état grave et pourrait être évacué vers l’hôpital de Nouméa, chef-lieu de la Nouvelle-Calédonie, a-t-on appris de sources concordantes.

«Il s’agit d’une personne qui était sortie de quatorzaine il y a plusieurs semaines après un test négatif. Cette personne a consulté un médecin en raison de symptômes et a été déclarée positive, ce qui veut dire que le virus circule dans l’île», avait déclaré dimanche à l’AFP Hervé Jonathan, administrateur supérieur [représentant de l’État] de Wallis-et-Futuna.

Thierry Santa a demandé «à toutes les personnes qui sont revenues de Wallis-et-Futuna [en Nouvelle-Calédonie] depuis le 25 janvier de s’isoler et de se signaler en appelant le 15» [numéro d’appel d’urgence].

M. Santa a aussi annoncé «un confinement strict de la population à partir de lundi soir pour deux semaines, dans l’objectif clair de casser la transmission du virus tant qu’il en est encore temps». 

Les détails concernant les mesures de confinement seront présentés lundi dans la journée, mais les autorités locales ont d’ores et déjà indiqué que tous les établissements scolaires seront fermés et toutes les activités non essentielles interdites.

Alors que 5210 personnes ont reçu une première dose de vaccin et 1603 les deux doses, M. Santa s’est engagé «à accélérer la campagne, seul moyen de se protéger et de protéger les autres».     

Selon une enquête sanitaire publiée en 2020, plus de 70% des quelque 11 000 habitants des îles Wallis-et-Futuna souffrent d’obésité, et le diabète atteint également des niveaux records, rendant la population particulièrement vulnérable si le virus devait se propager.