/weekend
Navigation

«The Cry of Love»: les premières sonorités de Jimi Hendrix après sa mort

Jimi Hendrix
Photo courtoisie, GEORGE SHUBA Jimi Hendrix

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le décès de Jimi Hendrix, une panoplie d’enregistrements studio inédits et en spectacle font surface année après année. L’opus The Cry of Love, qui a 50 ans, est l’album sur lequel il était en train de travailler avant de succomber à une overdose fatale dans une chambre d’hôtel à Londres.

Le guitariste de 27 ans n’a jamais pu terminer cet album qui a été lancé six mois après sa mort. 

Lancé le 5 mars 1971, The Cry of Love est constitué de pièces qui étaient presque achevées et d’autres qui étaient à différentes étapes du processus de création et de production. 

« On avait discuté de la possibilité de faire un simple ou un album double, mais ça avait plus ou moins d’importance parce que la décision finale demeurait celle de l’étiquette de disque et de la gérance. On n’avait pas le dernier mot », a indiqué le bassiste Billy Cox, dans le livre Black Gold : The Lost Archives of Jimi Hendrix, publié en 2002.

Mike Jeffery, le gérant de Jimi Hendrix, a décidé après la mort d’Hendrix, d’y aller avec un album simple et de se garder des munitions pour la suite des choses. Les titres Dolly Dagger et Room Full of Mirrors, écrites durant des séances d’enregistrement de The Cry of Love, entre décembre 1969 et l’été 1970 se sont retrouvées sur la trame sonore du film Rainbow Bridge.

Dans le respect

Le réalisateur Eddie Kramer et le batteur Mitch Mitchell ont terminé le travail, et ils l’ont fait dans le plus grand respect. Ils auraient aimé utiliser du matériel que le gérant avait choisi de conserver pour plus tard.

Hendrix souhaitait intituler cet album First Rays of the New Rising Sun. Les titres Horizon et Between Here and Horizon avaient aussi été évoqués.

The Cry of Love, qui était le titre de sa tournée nord-américaine et qui marquait les débuts de sa nouvelle formation, avec Billy Cox et Mitch Mitchell, a été retenu.

Considéré à l’origine comme étant un album compilation, The Cry of Love est devenu le quatrième album studio de Jimi Hendrix.

L’album de 40 minutes contient dix chansons. Il a grimpé jusqu’en troisième position du palmarès de Billboard aux États-Unis et en deuxième au Royaume-Uni.

Des invités

Freedom, qui ouvre l’album, est un indicatif de la nouvelle direction qu’Hendrix voulait prendre. En moins de trois minutes trente, Hendrix et sa formation touchent au rock, au blues, au jazz et au funk. Un excellent choix pour lancer cet album posthume enregistré au Electric Lady Studios, à New York.

La ballade Angel, qui a ensuite été reprise par Rod Stewart et par le guitariste canadien Jeff Healey, est le titre le plus connu de cet album. Elle a été enregistrée le 23 juillet 1970, pour ensuite être terminée le 19 octobre 1970, un mois après la mort du guitariste, où Mitch Mitchell a refait les pistes de batterie.

On retrouve quelques invités sur cet album. Stephen Stills joue du piano sur My Friend, Steve Winwood et Chris Wood, de la formation Traffic, posent leurs voix sur Ezy Rider.

Deux simples ont été extraits de cet album. Un 45 tours avec les titres Freedom et Angel, pour les États-Unis, qui a atteint la 59e position du palmarès, et un autre avec les pièces Simple Angel et Night Bird Flying pour l’Europe.

Pochette de l’album The Cry of Love
Photo courtoisie
Pochette de l’album The Cry of Love