/news/currentevents
Navigation

Rawdon: un incendie prive 160 aînés de leur résidence

Un feu qui semblait sous contrôle a finalement demandé les bras d’une centaine de pompiers

Coup d'oeil sur cet article

Un incendie qui a dégénéré au cours de la journée de dimanche dans une résidence pour personnes âgées de Lanaudière a jeté à la rue temporairement près de 160 aînés.

Tous sont sains et saufs, mais le coup reste dur à encaisser pour plusieurs aînés de la résidence Sainte-Anne, à Rawdon. 

« Ça a tout pris pour convaincre ma grand-mère de quitter sa maison parce qu’elle ne voulait pas se départir de ses souvenirs. Là, elle vient de perdre les derniers qui lui restaient », s’est désolée Vanessa Dupuis, dont une tante habitait également la résidence.

Rien ne laissait présager l’ampleur du sinistre puisqu’une mince fumée s’échappait du bâtiment en matinée.
Photo Agence QMI, Pierre Laurent
Rien ne laissait présager l’ampleur du sinistre puisqu’une mince fumée s’échappait du bâtiment en matinée.

Lorsque le bâtiment a été évacué, vers 5 h du matin, elle n’a même pas eu le temps de prendre ses effets personnels.

« Elle n’a pas de manteau, pas de bas dans ses bottes, pas de culotte pour demain matin. Demain, notre grande famille va se cotiser pour aller lui chercher des vêtements », poursuit sa nièce, après une journée haute en émotions.

À bord d’un autobus, les résidents ont été dirigés vers le CHSLD Saint-Eusèbe à Joliette.
Photo courtoisie
À bord d’un autobus, les résidents ont été dirigés vers le CHSLD Saint-Eusèbe à Joliette.

Violent incendie

Longtemps dimanche, le brasier semblait sous contrôle, ne laissant voir que de la fumée. La situation est devenue plus problématique plus tard dans la journée. En fin d’après-midi, une centaine de pompiers de Rawdon et des services avoisinants s’affairaient toujours contre l’incendie, concentré dans la partie centrale de l’immeuble.

Au même moment, le CISSS de Lanaudière a fait savoir qu’aucun résident ne pourrait regagner sa chambre pour y passer la nuit. Une quarantaine d’entre eux ont pu être pris en charge par leur famille et 65 ont été relogés à l’hôtel. Quelque 56 résidents ont été transférés dans d’autres ressources de la région.

La partie centrale de la résidence Sainte-Anne a été totalement ravagée par l’élément destructeur.
Photo Agence QMI, Pierre Laurent
La partie centrale de la résidence Sainte-Anne a été totalement ravagée par l’élément destructeur.

Mélodie Sabourin, elle, a décidé de prêter sa chambre à sa grand-mère, le temps qu’il faudra. « Elle va bien, mais c’est un gros stress pour elle », a confié la jeune femme de 25 ans.

Patrimoine 

La partie centrale de la résidence Sainte-Anne, la portion la plus ancienne du bâtiment, a dû être démolie par les pompiers pour venir à bout de l’élément destructeur et limiter les dégâts. Malgré des gicleurs fonctionnels et certifiés, le bâtiment centenaire a été entièrement ravagé par les flammes. Les causes de l’incendie restent pour l’instant à déterminer.

« Très honnêtement, ça me brise le cœur. C’est une partie de notre patrimoine qui s’en va, c’est très triste. Mais il n’y a eu aucun blessé », a indiqué avec émotion le maire de Rawdon, Bruno Guilbault. 

Depuis le drame de L’Isle-Verte où une trentaine d’aînés ont perdu la vie dans un incendie, les résidences doivent être munies de gicleurs, rappelle la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais. « Maintenant, le gouvernement défraie une très grande partie des coûts [...] Quand on a une résidence pour personnes âgées, il faut absolument être giclé », a-t-elle martelé, en entrevue à LCN.

– Avec l’Agence QMI