/news/health
Navigation

De meilleurs soins dentaires pour nos aînés

Coup d'oeil sur cet article

La faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal (UdeM) veut améliorer les soins qu'elle offre aux aînés grâce à un don de 750 000$ qui permettra de créer des bourses en gérodontologie.

À ce jour, plus de la moitié des 15 000 patients qui fréquentent la faculté dentaire de l'université ont plus de 65 ans. Ceux-ci sont surtout attirés par les faibles frais réclamés par l'université pour les soins offerts par ses étudiants en formation.

C'est notamment le cas de Jocelyne Belair, une femme qui avait besoin de nouvelles prothèses dentaires et qui hésitait à se rendre dans une clinique privée, où elle aurait pu avoir à débourser entre 3000$ et 5000$, contre 1080$ à l'UdeM.

Stages dans les CHSLD

Alors qu’on trouve presque de «tout» dans une résidence pour personnes âgées, il est cependant rare d’y trouver un dentiste.

De plus en plus de futurs dentistes font cependant des stages dans ces établissements.

«On va aussi à l'Institut de gériatrie. Là, ce sont des patients qui sont moins autonomes, en perte d'autonomie», a expliqué le vice-doyen à la faculté de médecine dentaire, René Voyer.

Il faut dire que la clientèle est au rendez-vous. Un Québécois sur dix âgé de 45 à 54 ans est complètement édenté et a besoin de prothèse, un taux qui grimpe à sept sur dix chez les 85 ans et plus.

Ces stages semblent plaire aux étudiants. «Personnellement, ma grand-mère a vécu une belle expérience avec un dentiste en CHSDL. Donc, je vois ce que ça peut apporter, au niveau de la qualité de vie. Ça a complètement changé ses derniers mois de vie», a raconté Laurence Quintal, une étudiante.

«C'est souvent une clientèle délaissée. Je crois donc que c'est positif, ces changements-là», a ajouté une autre étudiante, Pénélope Blackburn.

Selon le doyen de la faculté, Shahrokh Esfandiari, les soins dentaires pour ces populations seraient même bénéfiques pour leur santé générale.

«On a trouvé qu'il y a un lien très, très direct entre certaines bactéries qu'on trouve dans la gencive et des troubles cardiaques, des maladies neuromusculaires ou même des maladies comme l'Alzheimer et le Parkinson», a-t-il fait savoir.