/opinion/faitesladifference
Navigation

Des pédiatres propagent une idéologie contraire au bien-être des jeunes

Coup d'oeil sur cet article

Lettre ouverte à la Société canadienne de pédiatrie

En tant que collectif de parents, nous avons été stupéfaits du contenu de la page web de la Société canadienne de pédiatrie sur l’identité de genre[1]. Nous ne comprenons pas la raison pour laquelle des médecins ont jugé bon de semer la confusion chez les parents concernant le développement de l’identité sexuelle de leurs enfants.

Pour commencer, les mots « sexe » et « genre » sont utilisés dans le document tantôt comme des synonymes, tantôt comme des mots différents, ce qu’ils sont effectivement. Comme vous le savez, le sexe réfère aux caractéristiques biologiques de la personne, alors que le genre est associé aux normes sociales liées au « féminin » et au « masculin », ou à un ressenti par rapport à son sexe. Plus précisément, le genre est un construit social alors que le sexe est constaté à la naissance du bébé, ou même avant sa naissance, sur la base de ses organes génitaux. 

Détournement de sens

Or, dès la première définition du document, on induit le lecteur en erreur en parlant de genre et de sexe, non seulement comme des équivalents, mais en affirmant en plus qu’ils seraient « assignés » à la naissance, alors qu’aucun parent ni médecin n’assigne de sexe ou de genre à un enfant[2]. Pourquoi de tels détournements de sens ?

Il est dit plus bas que le terme « genre » est aujourd’hui complètement accepté. Par qui exactement la confusion entre « sexe » et « genre » serait-elle acceptée ? Si on peut parfois excuser un tel raccourci dans les sciences sociales, on ne peut certainement pas l’admettre dans le domaine médical, d’autant plus lorsqu’il s’agit de la santé de nos enfants[3]. En effet, un médecin sait très bien l’importance d’identifier un enfant par rapport à son sexe. En particulier, tel qu’il appert sur votre site, les courbes de croissance sont différentes pour les garçons et les filles, un fait essentiel à considérer afin d’être en mesure, notamment, de suivre la prise pondérale et staturale adaptée à l’âge et au sexe selon les courbes de l’OMS ainsi que le développement pubertaire associé. 

Par ailleurs, nombre de conditions familiales ou de maladies avec des déterminants génétiques se manifestent différemment chez les garçons et chez les filles, et c’est le cas des troubles du spectre de l’autisme (TSA), un facteur de comorbidité souvent associé à la dysphorie du genre dont il est question dans le document[4]. Alors, pourquoi induire les familles en erreur en prétendant qu’une fille se définit par son genre ?

Les mots sont importants

On induit également les gens en erreur en associant l’orientation sexuelle au genre plutôt qu’au sexe. L’homosexualité c’est le fait d’être attiré par des personnes de même sexe que soi. Dire qu’être homosexuel consiste à être attiré par une personne du même genre est non seulement faux, mais surtout porte atteinte aux droits des jeunes homosexuels d’entendre parler correctement de la réalité qui les concerne.

Par ailleurs, comment la SCP peut-elle suggérer qu’un enfant pourrait être né dans le mauvais corps ? C’est pourtant ce qui est véhiculé par les formulations choisies dans ce document telles qu’« un enfant qui naît dans le corps d’une fille » ou un enfant qui « n’est ni garçon, ni fille, mais simplement lui-même », ou encore l’expression « véritable identité de genre », par opposition au sexe biologique. Comment ne pas sursauter devant de telles phrases imprégnées d’idéologie, voire de religiosité, de la part d’un corps médical ? Comment un médecin peut-il dissocier une personne de son corps ?

Plutôt que d’insinuer qu’un enfant pourrait habiter le « mauvais corps », les pédiatres ne devraient-ils pas promouvoir l’importance d’aider le jeune à développer une image positive de son corps, d’en être fier et d’en prendre soin ? L’adolescence est une période traversée par des changements corporels importants que certains vivent positivement, et d’autres beaucoup moins bien. Il s’agit d’accompagner le jeune dans cette étape difficile de son développement, sans l’induire en erreur par des concepts idéologiques non validés scientifiquement, ou en l’orientant vers des ressources militantes qui le conditionnent à s’identifier comme transgenre.

Par ailleurs, plutôt que de laisser planer l’idée qu’un enfant qui ne se conforme pas aux stéréotypes liés à son sexe pourrait être de l’autre sexe, ne faudrait-il pas travailler collectivement à créer une société où les enfants se sentent à l’aise de développer leurs goûts, leurs champs d’intérêt, leurs références, indépendamment de leur sexe ? Être fille ou garçon est une réalité biologique objective qui n’a rien à voir avec les stéréotypes de genre.

Éviter les dérapages

Nous nous désolons que la société canadienne de pédiatrie contribue à propager une idéologie contraire au bien-être des jeunes. Un tel dérapage pourrait avoir de graves conséquences de santé publique, comme une recrudescence de jeunes s’identifiant comme transgenre. Cela a été le cas au Royaume-Uni qui a connu, en 6 ans, une augmentation de 1 000 % d’enfants consultant la clinique du genre du ministère de la Santé[5]

Ces jeunes entrent alors dans le processus des méthodes affirmatives du genre qui s’accompagnent de la prescription de bloqueurs de puberté, suivis d’hormones de l’autre sexe, pour finir bien souvent par l’ablation d’organes sains. L’enfant en bonne santé devient un patient à vie. Or, il est bien documenté que la grande majorité des enfants ayant une dysphorie du genre ne s’identifient plus comme transgenres à un moment donné à l’adolescence ou au début de l’âge adulte[6], et qu’une grande partie d’entre eux se révèlent être homosexuels[7],[8]. Mais qu’advient-il de ces jeunes s’ils sont dirigés trop tôt vers des approches médicales invasives[9] ?

Nous sommes conscients du passé peu glorieux de la médecine eu égard à l’homosexualité, mais en cherchant à éviter de reproduire cette ratée, vous êtes peut-être en train de jeter les bases d’un nouveau scandale médical qui rivalise avec ceux du passé[10].

Considérant le caractère idéologique, non scientifique du document, mais surtout le danger qu’il fait peser sur les jeunes, nous vous demandons instamment, Monsieur le Président, de retirer le document relatif à l’identité de genre de votre site web.

Pour les droits des enfants du Québec  

Collectif de parents d’enfants inscrits dans le système scolaire québécois  

  • Mélanie Audet, Centre de service scolaire (CSS) des Samares  
  • Diane Breton, CSS de Montréal  
  • Philippe Blackburn, CSS de Montréal  
  • Dominique Caron, CSS de l’Énergie  
  • Sébastien Chabot, CSS des Phares  
  • Shirley Christensen Côté, CSS des Découvreurs  
  • Cochise Brunet-Trait, CSS des trois lacs  
  • Martin Côté, CSS des Découvreurs  
  • François Dugré, CSS des Patriotes  
  • Philippe Dujardin, CSS de Montréal  
  • Nadia El-Mabrouk, CSS de Montréal  
  • Jean-François Guay, CSS de Montréal  
  • Johanne Harvey, CSS des Hautes-Rivières  
  • Christine Lauzon, CSS Vallée-des-Tisserands  
  • Isabelle Legault, CSS de Montréal  
  • Denis LeBlanc, CSS de Rouyn-Noranda  
  • Anne Leduc, CSS Marguerite-Bourgeois  
  • Caroline Morgan, CSS Marie Victorin  
  • Stella Mylonakis, CSS Marguerite-Bourgeois  
  • Guillaume Paradis, CSS des Patriotes  
  • Olivia Pelka, CSS des Samares  
  • Ginette Pelletier, CSS de la Pointe-de-l'Île  
  • Bertrand Plante, CSS des Premières-Seigneuries  
  • Sylvain Plourde, CSS de la Pointe-de-l'Île  
  • Christian Sabourin, CSS de Montréal  
  • Louis Samson, CSS des Patriotes  
  • Stéphane Tremblay, CSS des Hautes-Rivières  
  • Clémence Trilling, CSS de Montréal  
  • Johanne Villeneuve, CSS des Patriotes      

Sources        

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?