/sports/baseball
Navigation

Rhéal Cormier est décédé

Rhéal Cormier
Reuters

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien lanceur du baseball majeur Rhéal Cormier est décédé à l’âge de 53 ans, lundi après-midi.

C’est ce qu’a indiqué le site du baseball majeur. La même source a précisé que le Néo-Brunswickois avait combattu un cancer.

Cormier a été l’un des rares francophones ayant porté l’uniforme des Expos de Montréal. Le gaucher a évolué pour les Amours, lui qui a été échangé par les Red Sox de Boston durant l’hiver 1996, par le biais d’une transaction ayant expédié le joueur d’arrêt-court Wil Cordero au Massachusetts. Il est demeuré avec l’équipe québécoise jusqu’à la fin de la campagne 1997 avant de devenir joueur autonome et de s’entendre avec les Indians de Cleveland.

Son séjour avec les Expos n’a pas été couronné d’un grand succès. Il a conservé une fiche de 7-10 et une moyenne de points mérités de 4,17 à sa première année à Montréal, tandis qu’au cours de la suivante, une blessure au coude l’a limité à une seule sortie.

Succès en relève

L’athlète acadien a amorcé sa carrière dans le baseball majeur chez les Cardinals de St. Louis en 1991. Il a aussi œuvré chez les Phillies de Philadelphie et les Reds de Cincinnati, avec qui il a disputé sa dernière saison en 2007. En 683 matchs, il a maintenu un dossier de 71-64 et une moyenne de 4,03.

Au chapitre des victoires, sa meilleure année fut celle de 1992, lorsqu’il a conclu avec une fiche de 10-10 à St. Louis. Toutefois, à partir de 1999, à son deuxième séjour à Boston, il a été utilisé exclusivement comme releveur. À Philadelphie, il a connu d’ailleurs une excellente saison en 2003, remportant ses huit décisions et présentant une moyenne de 1,70, tout en totalisant 84 manches et deux tiers.

«Non seulement il a été l’un des meilleurs releveurs canadiens ayant joué dans les grandes ligues, mais il était aussi un homme merveilleux et charismatique, tout en étant fier de ses racines canadiennes et de sa famille, a affirmé le directeur des opérations du Panthéon du baseball du Canada, Scott Crawford, sur Twitter. À son intronisation, je ne me rappelle d’ailleurs pas d’avoir vu autant de gens d’une famille pour une cérémonie.»

«Rhéal a été l’une des personnes les plus agréables que j’ai eu le plaisir de connaître, a ajouté par voie de communiqué Jim Thome, qui a côtoyé l’ancien lanceur avec les Phillies. Il aimait le baseball, mais il a toujours placé sa famille en premier. Frenchy était le genre de gars prêt à tout faire pour vous et je suis chanceux de l’avoir eu comme ami pendant tellement d’années. Notre temps passé ensemble à Philadelphie est inoubliable.»

Malgré un parcours bien rempli, Cormier n’a jamais participé à la Série mondiale. Il a travaillé en séries éliminatoires en 1995 et 1999 chez les Sox. À la seconde occasion, Boston s’est rendu en finale de la Ligue américaine, s’inclinant devant les Yankees de New York.

Par ailleurs, celui qui fut élu au Temple de la renommée du baseball canadien en 2012 a pris part aux Jeux olympiques de 1988 et de 2008 avec la formation nationale.