/news/society
Navigation

Unies pour le français: hommage aux écrivaines qui défendent notre langue

GEN-PORTRAIT-MARIE-ANNE ALEPIN-SOCIÉTÉ-SAINT-JEAN-BAPTISTE
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits La comédienne, productrice et présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal Marie-Anne Alepin lève son chapeau aux femmes de lettres québécoises et à la langue française pour la Journée internationale des droits des femmes.

Coup d'oeil sur cet article

Une dizaine de femmes de lettres du Québec s’unissent autour d’un texte rendant hommage aux magiciennes des mots pour défendre la langue française.

« C’est important de garder la langue française, ma langue et ma culture. C’est notre outil de travail, la langue française, c’est la langue dans laquelle je m’exprime, c’est ma boîte à outils, alors je ne veux pas qu’elle rouille », lance en riant l’auteure, scénariste et animatrice de presque 96 ans Janette Bertrand.

Cette amoureuse de la langue de Molière n’a pas hésité à participer au projet entrepris par la comédienne, productrice et présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste Marie-Anne Alepin et la journaliste Claudia Larochelle.

Un hommage

Les deux femmes souhaitaient faire quelque chose de spécial pour la Journée internationale des droits des femmes. Ensemble, elles voulaient rendre hommage à celles qui font de la « magie avec les mots » et dont le nom est souvent moins connu que celui de leur œuvre.

Elles ont alors décidé d’inviter des femmes à donner vie au texte « Elle », écrit par Mme Larochelle, en collaboration avec Mme Alepin.

Poétesse, slameuse, auteure, écrivaine ou encore conteuse, ce sont des personnes de tous les milieux et d’horizons différents qui ont été réunies par leur amour des mots.

« Nous voulions leur rendre hommage, parce qu’elles écrivent en français, ce sont elles les vraies ambassadrices de la langue. Elles jouent et jonglent avec les mots, construisent des phrases, et c’est juste magnifique ce qu’elles font », explique Mme Alepin.

« Réunir Mme Bertrand ou Mme [Joséphine] Bacon, c’est émouvant, car ce sont de véritables ambassadrices de notre langue, et le français c’est la langue de notre fierté et de notre culture », ajoute-t-elle.

Garder la langue vivante

C’est aussi et surtout une façon pour toutes ces femmes de parler de leur crainte de voir la langue française se faire malmener dans la province, en plus de lui déclarer leur amour.

« En ce moment, on voit que la langue française est en déclin au Québec, alors c’était important aussi de montrer qu’on veut se battre pour elle [la langue] parce que c’est elle qui nous fait vivre », ajoute Mme Larochelle.

Marie-Anne Alepin se questionne justement sur l’avenir des femmes de lettres du Québec si le français disparaît.

« C’est leur langue de travail, alors qu’est-ce qui va arriver si le français régresse et que l’anglicisation se poursuit à vitesse grand V ? Ce ne sera plus juste une question du recul du français, cela les affectera directement aussi dans leur travail », ajoute-t-elle.

Une crainte partagée par Janette Bertrand, qui estime avoir travaillé toute sa vie pour garder sa langue et sa culture.

« Notre langue est belle, notre langue est riche et elle n’est pas figée dans le temps. Elle se transforme sans cesse en ajoutant de nouvelles expressions tout en gardant les anciennes. C’est une langue vivante, qu’il faut garder vivante », explique-t-elle. 

Extraits du texte  

« La langue française nous berce dès notre premier souffle. Peut-être en chansons ou à travers des mots doux. Elle nous gagne au point de ne plus jamais nous quitter. Elle nous mène vers l’autre, lui tend la main. Et elle l’embrasse aussi... »

« Les enfants l’apprivoisent, les jeunes la transforment, les plus âgés l’élèvent comme un drapeau fier. Empreinte de notre culture, elle ne nous abandonne jamais ; emblème matrimonial d’une nation, héritage à faire fleurir, à transmettre à l’infini. » 

« Grâce aux femmes de lettres, la langue française au Québec est toujours mûre pour les plus beaux lendemains... Protégeons et aimons notre français. »

– Janette Bertrand, Joséphine Bacon, Sylvie Payette, Claudia Larochelle, Chrystine Brouillet, Gabrielle Boulianne-Tremblay, Marie-Pier Lafontaine, Marya Zarif, Joujou Turenne, Amélie Prévost et Marie-Anne Alepin