/sports/ski
Navigation

Championnats du monde: un 2e doublé au mondial pour Kingsbury

Il a remporté, mardi, l’épreuve de bosses en parallèle du championnat mondial de ski acrobatique

Mikaël Kingsbury
Photo courtoisie, Freestyle Canada Mikaël Kingsbury a écrit une nouvelle page d’histoire en tant que tout premier athlète masculin de ski acrobatique à défendre avec succès deux titres mondiaux après avoir remporté mardi la médaille d’or de l’épreuve de bosses en parallèle à Almaty, Kazakhstan.

Coup d'oeil sur cet article

Mikaël Kingsbury signe le doublé pour la deuxième fois de sa carrière après avoir réussi l’exploit à Deer Valley en 2019. Le bosseur de 28 ans compte maintenant six médailles d’or à son palmarès au mondial, un sommet dans le freestyle.

• À lire aussi: «Ce titre a une saveur spéciale»

« Les records sont faits pour être battus et j’en ai battu plusieurs moi-même, mais celui-ci va être extrêmement difficile à battre, a-t-il souligné. Ça va être difficile à toucher. Un skieur dominant va avoir besoin d’au moins six ans pour réussir parce que les mondiaux se déroulent uniquement aux deux ans. J’ai surpassé mes idoles. En regardant mon sport en grandissant, j’ai vu plusieurs skieurs gagner et je trouvais fou de gagner un titre. Ça reste un exploit incroyable. »

S’il a dominé en solo, Kingsbury a dû livrer une lutte pas mal plus corsée en parallèle. En finale face à l’Australien Matt Graham, meneur sur le circuit de la Coupe du monde, l’athlète de Deux-Montagnes a eu une perte d’équilibre à son dernier saut, mais son adversaire a trébuché avant de franchir le fil d’arrivée.

« Le parcours rouge était vraiment plus difficile et j’ai trop absorbé mon dernier saut, a-t-il expliqué. J’ai entendu un bruit et j’ai vu que Matt était au sol. Pour gagner, il fallait continuer de skier jusqu’à la fin. En demi-finale, Ikuma Horishima a poussé beaucoup, mais il s’est planté sur le deuxième saut. J’ai été dominant la première journée et intelligent, aujourd’hui [mardi], compte tenu des conditions très difficiles même si je n’ai pas gagné de la façon la plus jolie. »

  • Écoutez Mikaël Kingsbury avec Pierre Nantel et Jean-François Baril sur QUB radio:

Des victoires réconfortantes

Ces deux victoires au mondial dans une année parsemée d’embûches réjouissaient au plus haut point le médaillé d’or des Jeux olympiques de PyeongChang. « Gagner des épreuves de Coupe du monde sur deux journées consécutives est déjà difficile, le faire au mondial, c’est vraiment fou, a illustré Kingsbury. Pendant ma réhabilitation après ma double fracture aux vertèbres, ma motivation était que je pourrais faire quelque chose de spécial au mondial. Après les remises en Chine et à Calgary, je suis chanceux qu’il y ait finalement eu un mondial. Je suis vraiment content de mon doublé. J’avais les jambes fatiguées, mais ma tête me disait arrête pas, arrête pas. »

Lundi, Graham et Horishima ont été freinés en qualifications. Mardi, ce sont les médaillés de l’épreuve solo Benjamin Cavet et Pavel Kolmakov qui ont obtenu un résultat décevant. Kingsbury imagine-t-il une autre hécatombe, dimanche, à l’occasion de la finale de la Coupe du monde qui lui permettrait de se hisser au sommet du classement pour le Globe de cristal ?

« Je crois en mes chances et je continue de rêver, mais je vais avoir besoin de contre-performances de tout le monde et le scénario est pas mal déjà écrit, a indiqué celui qui accuse 89 points de retard sur le meneur Graham. Trois des quatre meilleurs ont raté une finale sur deux au mondial, mais ça n’arrive presque jamais. Si des points étaient décernés pour les épreuves du mondial, j’occuperais le premier rang. C’est aussi moi qui a le plus de victoires. Je crois aussi qu’ils vont apporter des changements dans la piste afin de réduire le degré de difficulté. »

Les Canadiens s’illustrent

Les Canadiens Brenden Kelly et Sofiane Gagnon ont terminé en 4e place pour signer leur meilleure performance en carrière. Le Québécois Kerrian Chunlaud a conclu l’épreuve en 7e position. « Ce n’est pas inespéré comme résultat, mais ce n’était pas imaginé non plus, a résumé le bosseur de 27 ans. Je suis content de mon résultat après avoir connu une course pas terrible, lundi. Je me sentais bien et relax. En quart de finale contre Horishima, je me suis retrouvé dans le parcours rouge dans lequel je ne m’étais pas entraîné de la journée. »

Après une 6e position en solo, Laurent Dumais a terminé le duel en 11e position. Chez les femmes, Justine Dufour-Lapointe a été la meilleure Canadienne avec une 9e place. Sa sœur Chloé a pris le 19e rang.