/news/health
Navigation

Mère et responsable de 44 millions de doses de vaccins

La DG de Moderna au pays témoigne des difficultés de la conciliation travail-famille

Patricia Gauthier
Photo courtoisie Patricia Gauthier est DG de Moderna Canada.

Coup d'oeil sur cet article

La porte-étendard responsable de faire atterrir 44 millions de doses de vaccins pour Moderna au Canada est une jeune mère, originaire de Trois-Rivières, qui compose aussi avec les réalités imposées par la pandémie aux familles. 

• À lire aussi: Leurre d'enfants: chasseuse de prédateurs en pleine pandémie

• À lire aussi: Conciliation «travail-covid» difficile pour les mamans

• À lire aussi: L’ambition d’une mère de devenir capitaine de police

« Décrocher ce mandat, c’était un mélange d’excitation et d’optimisme, mais aussi de crainte. J’ai eu l’impression de faire un saut en bungee », confie d’emblée Patricia Gauthier, directrice générale de Moderna au Canada.

L’avocate de formation a été embauchée par l’entreprise américaine il y a à peine trois mois pour bâtir son organisation au Canada. Elle a été la première recrue d’une petite équipe qui prend forme au pays. 

Lutter contre la pandémie

« C’est surtout un défi que j’avais envie de relever, de contribuer de façon significative à la pandémie. C’est très motivant », dit celle qui vit aujourd’hui à Toronto.

D’ici la fin du mois seulement, 2 millions de doses Moderna, produites en Suisse et en Espagne, vont avoir été livrées au Canada. 

« Je joue un petit rôle là-dedans, dit Mme Gauthier avec modestie. On est toute une équipe, 1500 employés à travers le monde, tournée vers le même objectif qui est de combattre la pandémie le plus rapidement possible. »

Jongler avec la vie de famille

Mme Gauthier consacre 60 à 70 heures par semaine à la tâche, tout en jonglant avec ses responsabilités de mère de deux fillettes âgées de 8 et 10 ans. 

« Il y a un objectif plus grand et c’est que j’explique à mes enfants pour leur faire comprendre [pourquoi je suis moins présente auprès d’elles] », confie la femme âgée de 44 ans. 

Au moment de l’entrevue avec le Journal vendredi, les petites faisaient d’ailleurs l’école à la maison en raison de cas de COVID-19 détectés dans leur établissement. 

« On conjugue le tout. J’ai un conjoint qui contribue beaucoup. Je me considère comme chanceuse et je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour ceux qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie », dit-elle.

Mme Gauthier rappelle que les femmes ont été particulièrement affectées par la pandémie, puisque 68 % des emplois perdus les concernent.

« Ç’a été difficile pour tout le monde, mais il faut s’accrocher à ce qui s’en vient. Le printemps arrive, tout comme les vaccins. Je vois la lumière au bout du tunnel », lâche-t-elle avec espoir. 

En attendant un retour à la vie normale, celle qui voyageait beaucoup pour le travail profite du temps passé à la maison et auprès de ses enfants. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.