/misc
Navigation

François Legault sera-t-il gentleman avec PSPP?

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce surprise de la démission de la mairesse de Longueuil a des échos jusqu’à l’Assemblée nationale ! En effet, l’ex-députée du Parti québécois. Catherine Fournier, devenue indépendante, a annoncé son intérêt pour la mairie de Longueuil.

Cela laisserait le poste de député de Marie-Victorin libre pour une élection partielle. La question évidente : le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, en profitera-t-il pour se lancer dans la course ?

Au sortir d’une pandémie où le premier ministre obtient près de 75 % d’appuis, la CAQ récolterait 48 % du vote national si une élection avait lieu demain. Dans ce contexte, bien que la circonscription de Marie-Victorin ait toujours été une forteresse péquiste, les chances d’élection de PSPP ou de tout autre candidat d’un autre parti que la CAQ demeurent presque nulles. Ce serait donc suicidaire pour le nouveau chef du Parti québécois de se présenter. 

  • Écoutez la chronique d’Elsie Lefebvre au micro de Geneviève Pettersen à QUB radio

Traditions démocratiques

Par contre, il existe au Québec une convention non écrite visant à assurer la représentation des intérêts des citoyens et à accroître le débat démocratique à l’Assemblée nationale. 

Depuis 35 ans au Québec, il est de coutume que les chefs des grands partis ne se voient pas opposer de candidat lorsqu’ils se lancent dans des élections partielles. Robert Bourassa l’a fait pour Jacques Parizeau, Daniel Johnson pour Lucien Bouchard, Jean Charest pour André Boisclair, puis pour Pauline Marois, Jean-François Lisée pour Gabriel Nadeau-Dubois et enfin, Pauline Marois pour Philippe Couillard. 

Écraser l’opposition

Ce n’est pas un siège de plus pour François Legault qui fera la différence pour la CAQ. S’il refuse de prendre de la hauteur comme ses prédécesseurs, cela offrirait seulement l’image d’un manque de courtoisie, d’un bris des traditions démocratiques et d’une volonté d’écraser toute opposition.

François Legault n’aura qu’à présenter un candidat lors de la prochaine élection générale. Patienter le fera bien paraître au final.