/entertainment/shows
Navigation

Une «reprise timide» pour les spectacles

Coup d'oeil sur cet article

Sans vouloir parler immédiatement de « relance », l’ADISQ envisage une « reprise timide » pour le milieu du spectacle au cours des prochaines semaines.

• À lire aussi: ADISQ: «On part de tellement loin»

« C’est le lot de 2021. Mais la relance viendra. Il y a quand même des indicateurs qui sont intéressants », a dit la directrice générale de l’ADISQ, Solange Drouin, lors des Rencontres de l’ADISQ, dont la première journée s’est déroulée virtuellement mercredi.

Malgré la pandémie et l’arrêt de plusieurs secteurs d’activité en culture, pas moins de 500 albums sont tout de même sortis sur le marché en 2020.

Ces albums, comme on s’en doute, n’ont toutefois pas bénéficié du rayonnement auquel ils auraient eu droit. Avec les autres disques qui vont paraître au cours des prochains mois, on se dirige sans aucun doute vers un engorgement à l’automne, prédit Mme Drouin.

Campagne de sensibilisation

« Il y aura un inévitable engorgement pour les enregistrements sonores comme pour les spectacles, dit-elle. Il y aura beaucoup de sollicitations pour un nombre limité d’oreilles dans notre petit marché. »

« Les salles auront l’embarras du choix pour leur programmation, poursuit-elle. Cela risque évidemment de favoriser certaines valeurs sûres et de désavantager des offres de spectacles plus audacieuses. [...] Il va aussi falloir travailler sur la disponibilité du public à consommer cette offre culturelle qui ne se limite pas à la musique. »

Solange Drouin a conclu en disant que la ministre de la Culture, Nathalie Roy, lui avait annoncé un investissement important « pour une campagne de sensibilisation pour amener les Québécois à se sentir bien quand ils vont dans une salle de spectacle ».

Les Respectables devant Drake

Dans une autre conférence virtuelle des Rencontres de l’ADISQ, qui avait pour thème « Comment mettre plus de musique dans notre quotidien », le directeur principal de QUB musique, Marc-André Laporte, a fait un retour sur les sept premiers mois d’existence de cette nouvelle plateforme.

« Je suis fier de dire que pour l’année dernière, sur le top 500 des artistes les plus écoutés, 44 % étaient des artistes québécois. Ça équivaut à 60 % des écoutes. [...] En novembre dernier, Les Respectables ont eu plus d’écoutes que Drake. Pour moi, ça ne peut pas être plus le Québec que ça. »